Translate

mercredi 3 mai 2017

France. Présidentielle 2017. Lettre ouverte aux étudiants de 'Science Po' §4


Je me dois de rappeler aux visiteurs de ce blog que je ne suis pas du tout un sympathisant du Front National ni une groupie de Marine Le Pen [moi qui suis profondément marqué à gauche, même si ce n'est pas celle de Poutou ou d'Arthaud, ni la gauche dogmatique communiste, qui ne sait plus trop où elle habite, ni encore la gauche insipide, flasque et mollassonne  des socialo-bonapartistes, lesquels, à commencer par leur grand gourou, François Mitterrand, ont scrupuleusement contribué à la déconfiture de toute pensée progressiste en France...], ce qui me met parfaitement à l'aise face à la médisance, laquelle serait de nature à glisser sur ma peau à la manière de gouttes d'eau sur le plumage d'un canard !

Autre petit rappel : j'ai déjà eu l'occasion d'adresser du courrier à l'encore ministre de l'Economie d'alors, Emmanuel Macron, lequel possède, donc, mon adresse postale, contrairement à Marine Le Pen, à laquelle je n'ai jamais adressé le moindre courrier, même si j'ai également écrit à Louis Aliot, vice-président du F. N. Le fait est que j'ai écrit à Macron (et à Ségolène Royal, voyez la série sur Cuba...), ce que je n'aurais jamais fait avec des gens que je méprise prodigieusement, à l'instar de ce pauvre type, ex-maire d'Evry et ex-premier ministre, que je me garderai bien de nommer ici.

Il se trouve que j'ai une petite culture scientifique, ce qui me permet d'aborder les choses les plus diverses avec la plus parfaite objectivité, tout en continuant de défier quiconque de me prendre en défaut en la matière.

On poursuit nos investigations concernant les deux derniers candidats de cette présidentielle ?

J'entends tous les jours des spécialistes, ou supposés tels, s'interrogeant sur les mérites comparés des programmes de Macron et de Le Pen.

Non mais, laissez-moi rire !

Mais, surtout, soyons objectifs, et prenons, par exemple...

1. Les dix premières mesures de chaque programme.

    1. 1. Macron
   1. 2. Le Pen


Je ne reviendrai pas sur la misérable présentation du tract de campagne de Macron (noté 1/10 contre 10/10 pour Le Pen). Tenons-nous en au contenu.

Ce n'est pas aux fort(e)s en thèmes de 'Science Po' que je vais expliquer l'importance d'une campagne promotionnelle quelle qu'elle soit : ici, l'accroche est importante ; que dis-je ? essentielle ! Prenez les gros titres des journaux ou la Une d'un magazine, toutes choses censées "accrocher" l’œil de passants qui ne font que longer au pas de course la devanture d'un kiosque à journaux. 

Et maintenant, comparez-moi les dix premières propositions des programmes de Le Pen et de Macron, et dites-moi lequel/laquelle des deux a vraiment compris ce que l'on attendait d'un(e) président(e) de la République. 

Le fait est que, sans même prendre le temps de consulter ces propositions dans le détail, l’œil du/de la passant(e) aura été accroché par trois gros titres se détachant de l'ensemble et résumant parfaitement la pensée de leur auteur (Marine Le Pen) : 

Rendre à la France sa souveraineté nationale.
Vers une Europe des nations indépendantes,
au service des peuples

Réformes institutionnelles : rendre la parole au peuple
et établir une démocratie de proximité

Refaire de la France un pays de libertés
           
Ainsi, avec Le Pen, nous entrons, de plain-pied, dans le domaine de compétence d'un président de la République, quand le "jeune" Macron en est encore à aspirer à devenir ministre du Travail ou à rester celui de l'Economie ("nous - [entendez 'au sein d'une équipe gouvernementale'] améliorerons le pouvoir d'achat de tous les travailleurs...").

Le Pen entame la présentation de son programme par l'essentiel : souveraineté - institutions - libertés à restaurer, quand Macron se perd en considérations conjoncturelles comme le pouvoir d'achat des travailleurs, entendez 'ceux qui ont déjà du travail...', et tant pis pour les millions de chômeurs ou de travailleurs (cf. Whirlpool) partis pour perdre leur job bientôt !

Chers amis de 'Science Po', ne me dites pas que vous n'avez pas eu le même réflexe que moi en découvrant ces deux programmes, et que vous ne vous êtes pas dit, comme moi, qu'il y avait là quelqu'un qui faisait vraiment président(e), face à un autre, qui n'a pas encore compris de quoi il retournait !

Et pourtant, comme je l'indiquais ailleurs sur ce blog, je persiste à penser que Marine Le Pen ferait mieux d'attendre encore un peu, en raison du "merdier" dans lequel le prochain président va se retrouver du fait de l'indigence de ses prédécesseurs, notamment les deux derniers : Sarkozy et Hollande.

Voyez seulement ce qui se passe actuellement au large de la Libye ou du côté des Balkans et de la Turquie !

Autre comparatif, celui portant sur... 
    

2. Les slogans de campagne (second tour)

    2. 1. Macron



Alors là ! Dois-je vous avouer que je suis presque tombé de ma chaise en apercevant le slogan de second tour d'Emmanuel Macron ?

Et moi de me demander où diable notre "Kennedy Français" avait-il appris la langue de Molière !

Vous ne voyez pas où est le problème ?!

Petit retour en arrière, en fait, petits retours..., d'abord avec Jacques Chirac (2002), puis Nicolas Sarkozy (2007) : à chaque fois, il s'est agi d'affiches pour une campagne présidentielle.


En fait, j'entends et lis partout que Macron s'est inspiré de la campagne de Jacques Chirac de 2002. Que nenni !


En réalité, Macron et son équipe se sont inspirés de Sarkozy 2007, je veux dire qu'ils ont fait montre de la même inculture grammaticale, parce qu'il faut être phénoménalement inculte en grammaire et syntaxe pour oser utiliser ce mot (ensemble) à si mauvais escient !   

Vous ne voyez toujours pas où est le problème ?

Alors c'est qu'il va falloir, dare-dare, muscler le cursus des formations, à 'Science Po', avec des séminaires de linguistique française ; et ça urge !

Par parenthèse, j'espère qu'il y en a quand même quelques-uns sachant dans quelle catégorie grammaticale ranger le mot 'ensemble' ?

En fait, il y a deux catégories : c'est un substantif (nom commun), ex. les grands ensembles ; mais c'est aussi un adverbe.

Je suis allé chercher des exemples en ligne :

- Ils sont ensemble.
- Elles travaillent ensemble.
- Ils parlent tous ensemble.
- Ce sont des meubles qui vont ensemble.
- Le patron a rencontré tous ses employés ensemble.
- Ces couleurs vont bien ensemble.

S'agissant d'un  adverbe, conformément à l'étymologie (ad/verbum), il ne se présente, normalement, qu'en compagnie d'un verbe, comme on peut le voir sur les exemples qui précèdent.

Dans tous ces cas, l'adverbe est censé précéder (ou être flanqué d') une proposition verbale au sein de laquelle le sujet du verbe est "nous, ou "vous", ou "ils", voire flanqué d'un groupe nominal (sujet ou non du verbe)... généralement au pluriel !

Exemples : 
- ensemble, vous allez finir le job ;
- ensemble, ils résistèrent à la charge des assaillants ;
- ensemble, nous sommes invincibles ;
- quand on voit les deux jumelles ensemble, on ne saurait les distinguer...

Cela dit, dans des cas particuliers, par exemple en poésie, on peut recourir à des ellipses, ou à des escamotages, de manière à juste sous-entendre l'existence d'une proposition verbale, mais juste suggérée, comme dans ce genre de propositions :

- Ensemble vers la victoire (sous-entendu : ensemble nous nous dirigeons vers la victoire) ;
- Ensemble pour la patrie (sous-entendu : ensemble nous nous mobilisons pour la patrie) ;
tout le monde connaît le fameux slogan cher aux militants syndicaux : tous ensemble, tous ensemble, ouais ! ouais !

Il ressort de ce qui précède que la seule affiche respectant la syntaxe du français est celle de Jacques Chirac : La France en grand, la France ensemble.

Du côté de Sarkozy, et de son imitateur Macron, il y a, comme qui dirait, de sérieuses lacunes en syntaxe.

En un mot comme en cent, "ensemble tout est possible" et "ensemble, la France" sont des barbarismes qui en disent long sur l'inculture qui mine durablement certaines élites de ce pays. Et dire que Macron (à l'instar de Sarkozy) est entouré de cadors sortis probablement de l'ENA et de 'Sciences Po' !

Quelle misère, mes aïeux !

By the way, juste pour rire, rappelez-moi le métier de Madame Brigitte Macron ? Prof de français ?!?!

Vous comprenez maintenant, peut-être, pourquoi l'analphabétisme règne en maître dans nos écoles, collèges et lycées ?

Et, comme preuve que Macron a senti comme un malaise avec ce slogan de m..., ne voilà-t-il pas que l'autre jour, à La Villette, il a voulu le rafistoler quelque peu ?



Mais on a beau remplacer 'la France' par 'la République', la bourde syntaxique se voit comme le nez au milieu de la figure. Et s'il n'y avait qu'elle !

Le fait est que Macron adore les formules alambiquées, lesquelles, à elles seules, pourraient constituer un beau sujet de thèse !


macron, le pen, science, po, politique, élection, présidentielle, france, 2017, campagne, chirac, sarkozy, hollande, françois, slogan

  
... combat pour la République et pour la démocratie libre !!!

... parce que je sais à quel point la famille construit.

Par parenthèse, 'construire' est un verbe strictement transitif, ce qui veut dire qu'il faut impérativement lui adjoindre un complément d'objet (direct) !


  2. 2. Le Pen


À dire vrai, je trouve que l'attitude un peu cavalière de la candidate, vaguement assise sur un coin de table, ne fait pas très "présidente" ! Il y aurait même un peu de négligé là-dedans qui me chiffonne un tantinet, surtout parce que le photographe que je suis ne trouve pas cette attitude très naturelle.

Sinon, quel excellent slogan !

"Choisir la France" a un côté dynamique qui résume toute la problématique de la campagne de la candidate ! C'est un slogan qui interpelle les gens et les oblige à réfléchir sur tout ce qu'il recouvre comme sous-entendus.

Et, là encore, je mets quiconque au défi de me dire qu'il y aurait photo entre "Ensemble, la France", d'une part, et "Choisir la France", d'autre part !

Comme pour la présentation des programmes, en m'en tenant au strict contenu des slogans, j'accorderai 1/10 à Macron, contre 10/10 à Le Pen.


3. Les spots télévisés

Rien que du classique chez les deux candidats, avec une Le Pen assise derrière un bureau.

Reste l'essentiel, ce qui m'a fait la plus forte impression chez les candidats : chez Macron, rien ! Chez Le Pen, il y a ce spot se terminant par cette formule :




Jolie trouvaille, n'est-il pas ?
Vous n'avez que la France pour vous défendre
La France n'a que vous pour la défendre.

En découvrant ce passage, j'avoue avoir pensé, en allemand : "Gut gemacht!" ("Bien joué !")


4. L'impression générale

4. 1. Macron

Pourquoi ne pas le dire ? Je le trouve un tantinet coincé, quand il ne nous joue pas le coup du gourou hystérique, comme lors de son premier grand meeting de la Porte de Versailles, voire un tantinet exalté le reste du temps.




Macron grimaçant, Macron éructant... Entre nous, pour entamer une carrière politique par une campagne présidentielle, en ayant zappé les municipales, départementales, régionales, législatives, il faut être sacrément gonflé !

Le comble est qu'il va probablement falloir s'habituer à voir cet accordéoniste du dimanche diriger un orchestre philharmonique !

Ne dit-on pas "jamais deux sans trois !" ? Après les amateurs que furent Sarkozy et Hollande, pourquoi pas un troisième ? Il faut croire que la France a les dirigeants qu'elle mérite ! 

4. 2. Le Pen

Autant son adversaire sourit peu et donne toujours l'impression d'avoir un manche à balai enfoncé quelque part, autant Marine Le Pen affiche régulièrement une mine avenante, souriante, quand elle ne s'esclaffe pas carrément devant les caméras (souvenons-nous de ses crises de fou-rire lors du premier débat à cinq sur TF1 !).

Une décontraction que l'image qui suit résume fort bien :





La morale de tout ce qui précède ?

J'avais parié avec quelqu'un que Marine Le Pen serait présidente de la République longtemps avant Manuel Valls (finalement, j'y arrive bien, finalement, à écrire le nom de ce type !). Je maintiens ma prédiction, en suggérant à Le Pen de se servir de 2017 comme d'un galop d'essai pour 2022 !