Translate

mercredi 28 septembre 2016

Mrs Clinton and her double. Hillary Clinton ou le mensonge dans la peau

Comme il fallait s'y attendre, ce que d'aucuns appellent la presse "main stream", qui s'avère de plus en plus "mean stream" (mean : minable, misérable, mesquin...), dont on dit qu'elle est majoritairement favorable à Clinton, a usé des vieilles méthodes que j'apparentais, dans un texte précédent, aux ficelles de J. Goebbels.

D'où le silence radio observé par la quasi-totalité des média à propos de cette étrange apparition sur un trottoir newyorkais.

Le problème est que Josef Goebbels, l'inventeur de la propagande moderne, n'a pas connu l'Internet !

Qu'à cela ne tienne, d'aucuns ont cru bon de devoir, quand même, tenter de brouiller les pistes.

Voilà que je tombe sur le site Internet de la chaîne de télévision française BFMTV, qui se hasarde à déambuler sur une corde bien raide !

Citation (les mises en exergue sont de mon fait) :
La prétendante démocrate à la Maison Blanche est atteinte d'une pneumonie et, depuis son malaise, les complotistes sont convaincus qu'elle aurait fait appel à un double pour assurer à sa place la campagne présidentielle. (source)
Observons que cette chaîne dite d'"information" en est réduite, à l'instar d'autres média, à courir après un phénomène dont elle n'est pas la pilote, à savoir un mouvement déclenché sur l'Internet, alors précisément qu'on attend des "journalistes" qu'ils soient les phares chargés d'éclairer les quidams incultes et ignares que nous sommes.

Observons ensuite que l'on use d'emblée de formules toutes faites chères à tous les propagandistes, ici, le vocable "complotiste", suggérant par là-même que nos "journalistes" connaissent le fin mot de l'affaire, les "complotistes" ne pouvant être que dans l'erreur.

Les "complotistes" en question estiment que le double de Clinton aurait pour but de se substituer à cette dernière durant la campagne présidentielle, cette insinuation de nos "journalistes" les dispensant d'analyser le discours précis des internautes, lequel porte avant tout sur des faits précis, ainsi que l'illustre la juxtaposition de deux images.


Le fait est que le site de BFMTV affiche un certain nombre d'images, mais jamais celle que l'on aperçoit ci-dessus, qui, elle, est particulièrement parlante.

Recourir à de vieilles ficelles dignes de Josef Goebbels, à l'heure de l'Internet, voilà qui semble bien téméraire, non ?

Question : mais pourquoi donc certains média veulent-ils, mordicus, défendre une théorie indéfendable, alors qu'ils auraient fort bien pu se contenter de se taire, en clair, d'observer un "silence radio" ?

L'explication est pourtant évidente : parce qu'ils ne sont que trop conscients de la puissance de feu de l'Internet, ainsi que l'illustre la résistance d'un fort nombreux public à la bouillie servie au monde par les autorités américaines à la suite des événements du 11 septembre 2001.

Tout le monde se souvient des images, diffusées en boucle, des deux avions pénétrant dans les tours jumelles, ainsi que du nuage de poussière généré par l'effondrement des deux gratte-ciel. En ce qui me concerne, ce n'est que plus tard, grâce à l'Internet, que j'ai découvert l'existence d'un troisième immeuble, le WTC7, qui s'était effondré comme les deux précédents, alors même que, de toute évidence, il n'avait été touché par aucun avion. Dans ces conditions, quand on a un peu de culture scientifique et technique, on se pose immédiatement des questions.

Mais la citation susmentionnée de BFMTV comporte un détail tout à fait intéressant, lorsqu'il est affirmé que "la prétendante démocrate à la Maison Blanche est atteinte d'une pneumonie...".

Je ne sais pas si les "journalistes" de cette chaîne de télévision savent ce qu'est une pneumonie ! N'importe quel bon dictionnaire vous apprendra que  la pneumonie est une infection des poumons causée le plus souvent par un virus ou une bactérie, en clair, par un agent pathogène potentiellement transmissible, c'est-à-dire potentiellement contagieux.

Par conséquent, nos "journalistes", dont le métier est d'éclairer le public ignare et inculte que nous sommes, auraient dû se poser la question du timing du diagnostic de la maladie de Clinton, car il s'agit d'un élément très important.


Résumons 

Temps T0. Mme Clinton participe à une cérémonie commémorative sur le site Ground Zero à New York lorsqu'elle est prise d'un malaise suffisamment grave pour qu'elle soit évacuée, titubante, vers un véhicule qui l'emmène (apparemment) vers le domicile de sa fille.

Temps T1. Voilà Mme Clinton, toute pimpante, sortant de l'immeuble où vit sa fille, et agitant la main en direction du public, affirmant que tout allait bien. On la voit même s'approcher d'une fillette en la tenant par l'épaule.


clinton, hillary, double, fake, chelsea, election, campaign, white, house, maison, blanche, trump, mensonge, lie, donald

Question : à quel moment les médecins de Mme Clinton lui ont-ils diagnostiqué une pneumonie ? Pour ma part, je ne vois que deux possibilités : entre T0 et T1 ; après T1.

*** Entre T0 et T1. Dois-je comprendre qu'après avoir appris qu'elle avait une pneumonie, Mme Clinton n'a rien trouvé de plus intelligent à faire que de s'en aller agiter des mains dans la rue, et faire croire au public que tout allait bien, contredisant formellement le diagnostic de ses médecins, et surtout, prenant le risque inconsidéré de refiler ses microbles à la fillette que l'on aperçoit ci-dessus ??????

*** Après T1. Dois-je comprendre que les médecins de Mme Clinton, la voyant partir en titubant du Ground Zero, n'ont pas pris la peine de l'examiner immédiatement, se permettant même de remettre cet examen à plus tard, le tout pour laisser leur cliente et candidate à la présidence des Etats-Unis s'en aller, de toute urgence, agiter des mains dans la rue ? 

By the way, par parenthèse, a-t-on des nouvelles de cette fillette à laquelle Mme Clinton risque fort d'avoir refilé les agents de la pneumonie ??????

Voilà des interrogations angoissantes auxquelles nos grands "journalistes" de BFMTV et d'autres organes de la presse dite "mean stream" ne vont pas tarder à apporter les réponses que les quidams ignares et incultes que nous sommes ne manquons pas de nous poser...

En tout cas, une question essentielle se pose à propos de Mme Clinton : au fond, qu'est-ce qu'elle aimerait qu'on retienne de toute cette histoire ? Que...

- sur l'image ci-dessus, on a affaire à la vraie Hillary Clinton, qui ose s'approcher très près d'une fillette, tout en se sachant contaminée par des pneumocoques ? Ou que...

- sur l'image ci-dessus, la femme qu'on voit aux côtés de la fillette est bien en bonne santé, et ce, pour la bonne et simple raison qu'il ne s'agit pas d'Hillary Clinton ? 

Le monde entier attend avec impatience les explications de Mme Clinton.

Wait and see! 


Lecture 01
Fort heureusement, la presse en ligne fourmille d'esprits peu enclins à avaler toute la bouillie que la presse du siècle dernier a tendance à nous servir un peu trop souvent. Ici, il est question de "front door challenge", que l'on pourrait traduire par "test du tête à tête", soit deux éléments placés côte-à-côte. Comme quoi, nous ne sommes pas les seuls à avoir "mauvais esprit" !


Lecture 02 :
He said: "Her posture is very rigid - she's almost back on her heels and if you watch her her head actually lifts up and you can see this rigid posture.
"Clearly the two staff members - one standing behind the other - the front one is clearly still controlling Mrs Clinton.
"The shift leader, the bald guy, walks right in front of Mrs Clinton.
"Now typically the shift leader or agent would never walk in front of the protectee as they're getting into a vehicle, because you're blocking their path.
"But the reason he is doing it is because he knows she can't move under her own power.
"He's going to come around and he's going to take her right arm - and watch what happens to Mrs Clinton.

"It's sad to watch but she starts to fall and of course they catch her."



vendredi 23 septembre 2016

Hillary Clinton et son double : le mensonge dans la peau ! Hillary and her double: Mrs Clinton living a lie!


Vous savez quoi ?

À peine s'était-elle réfugiée chez sa fille, à la suite d'un gros coup de fatigue, suivi du diagnostic d'une pneumonie, qu'Hillary Clinton, candidate démocrate à la présidence des Etats-Unis, s'en allait caresser une petite fille (au risque de lui refiler ses microbes) et saluer le public dans la rue, le tout visant à attester de son excellente santé retrouvée.

Le problème de Madame Clinton est qu'elle n'est qu'un dinosaure de la politique qui fonctionne encore sous le logiciel autrefois conçu par Josef Goebbels ! Ce qui lui a fait ignorer la puissance de feu de l'Internet et la capacité des internautes de se lancer immédiatement dans des analyses et recoupements autour du moindre fait suspect, ainsi qu'ils l'ont brillamment démontré après le 11 septembre 2001.

Ce qui nous a donné, notamment, de bien intéressantes images, à l'instar de ce qui suit :

clinton_hillary_fake_double_sosie_doppelgänger_trump_lie_mensonge_escroquerie_usa_election_campaign_propaganda_goebbels

Voilà une image qui a fait le tour du monde "internautique". Comme on peut le voir, les différences sont notables. Commençons par le visage : bien évidemment, sans un rapprochement entre les deux images, on ne se rend pas immédiatement compte, sauf à connaître par coeur la morphologie de Mme Clinton. Mais la simple juxtaposition des deux personnages ne laisse aucun doute sur la supercherie : si la vraie Clinton est à droite (en bleu), alors la Clinton (en noir) censée sortir de l'appartement de sa fille est un clone, ou un double, ou un sosie, comme vous voulez. Le fait est qu'elle a un visage bien plus jeune que la candidate démocrate, de même qu'il y a eu préméditation, la comédienne en noir s'étant mise à la disposition de Clinton depuis un certain temps auparavant, ce qui explique la rapidité de la mise en scène, et ce, malgré l'urgence de la situation.

Mais il y a plus : comme le suggèrent plein d'internautes, il y aurait eu dans l'appartement de Chelsea un équipement de liposuccion, à en croire la perte spectaculaire de poids affichée par la Clinton en noir.

Pour rendre les choses encore plus visibles, je me suis amusé à équiper les deux personnages d'une même (double) flèche rouge.

clinton_hillary_fake_double_sosie_doppelgänger_trump_lie_mensonge_escroquerie_usa_election_campaign_propaganda_goebbels

Étonnant non !?

Le plus incroyable, depuis ce "fake", c'est le silence radio de la grande presse, devant un mensonge aussi grossier, réalisé par rien moins qu'une candidate à la présidence de quoi déjà ? ... la plus grande démocratie du monde ?

Quelque chose me dit que cette histoire de sosie a dû jeter de la consternation au sein du clan démocrate américain, lequel n'a pas dû prévoir de plan "B" consistant à remplacer au pied levé une candidate devenue brusquement terriblement sulfureuse !

Par parenthèse, en prévision des débats contradictoires prévus à la télévision entre Trump et Clinton, comment Donald Trump peut-il être certain de l'identité de l'adversaire qu'il aura en face de lui ? 

Question subsidiaire : comment Trump va-t-il s'y prendre pour s'assurer de la véritable identité de son adversaire ?

Wait and see! 






mercredi 21 septembre 2016

Nine Eleven... Onze Septembre 2001. Quinze ans après, le silence assourdissant de la grande presse


Thierry Meyssan, vous connaissez ? Oui "l'illuminé" du site Voltairenet.org, le fou furieux vilipendé par toute la presse bien pensante...

Ben, il se trouve que je suis un lecteur assidu du site de Meyssan, que je trouve mille fois plus informatif que l'ensemble de la presse dite "mainstream". Et qu'ai je trouvé récemment sur le site voltairenet ?

Un lien (voir ci-dessous) vers un rapport tout ce qu'il y a de sérieux, un rapport dont il ressort que ses auteurs doutent vivement de la théorie officielle concernant la destruction des tours (en fait deux tours et un immeuble plus petit baptisé WTC7) en ce fameux 11 septembre 2001.

Il se trouve que je fais partie de ceux qui n'ont jamais cru en quelque thèse officielle que ce soit, à commencer par cette histoire abracadabrantesque d'un avion de ligne ayant percuté l'immeuble (très bas sur l'horizon) du Pentagone, le tout sans laisser sur le lieu d'impact le millième des débris que l'on retrouve sur tout site de crash d'un avion, à croire que le site avait été soigneusement nettoyé avant que la moindre photographie n'en soit prise.

En ce qui concerne l'effondrement des trois tours du World Trade Center, je reproduis ci-dessous la conclusion du rapport :


world, trade, center, nine, eleven, september, wtc7, trial,demolition, conspiracy, complot, expertise, expert, plane, fake, collapse, voltairenet

Conclusion. It bears repeating that fires have never caused the total collapse of a steel-framed high-rise before or since 9/11. Did we witness an unprecedented event three separate times on September 11, 2001? The NIST reports, which attempted to support that unlikely conclusion, fail to persuade a growing number of architects, engineers, and scientists. Instead, the evidence points overwhelmingly to the conclusion that all three buildings were destroyed by controlled demolition. Given the far-reaching implications, it is morally imperative that this hypothesis be the subject of a truly scientific and impartial investigation by responsible authorities. 

Ma traduction : 
Conclusion. Il convient d'insister sur le fait que les incendies n’ont jamais causé l'effondrement total d'un gratte-ciel à charpente d'acier avant ou depuis 9/11. Avons-nous assisté à un événement inédit, et ce à trois reprises,  le 11 Septembre 2001 ? Les rapports du NIST, qui ont tenté de soutenir cette conclusion, sont peu crédibles et ne parviennent pas à convaincre un nombre croissant d'architectes, d'ingénieurs et de scientifiques. Au lieu de cela, tous les indices convergent de façon massive  vers la conclusion que les trois bâtiments ont été détruits par démolition contrôlée. Compte tenu des implications de grande envergure que cela implique, il est moralement impératif que cette hypothèse fasse l'objet d'une enquête véritablement scientifique et impartiale par les autorités responsables.

Fort curieusement, la presse "mainstream" est bigrement silencieuse face à ce qui aurait dû inonder toutes les Unes, tous les éditoriaux, tous les réseaux sociaux. Les pourfendeurs de ce que d'aucuns, à court d'arguments (scientifiques !!!), ont stupidement baptisé "théorie du complot" auraient-ils, subitement, perdu la parole ?

Wait and see!


Source : Voltairenet


lundi 19 septembre 2016

Petit papier à destination des experts auto-proclamés dans la reconnaissance de signes religieux

En fait : ... dans la reconnaissance de signes d'appartenance à une religion qui n'est pas la leur !

Les images qui suivent sont en 3D, donc visibles en relief à l'aide de petites lunettes rouge-cyan comme celles reproduites ci-dessous :


Question : avez-vous une idée de la religion des femmes représentées ci-dessous ?


burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

3d_girl_femme_burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

3d_girl_femme_burqa_abaja_djilbab_niqab_foulard_voile_islam_islamique_femme_religion_hidjab_coran

Alors, vous devez penser qu'elles sont juives, catholiques, protestantes, témoins de Jéhovah ?!

Bien évidemment, quelques indécrottables ringards et autres névrosés ne vont voir dans ces photos que ce qu'ils s'imaginent être la religion de ces femmes. Pour ma part, j'y vois d'abord et surtout une manifestation de la sublime beauté de tant de femmes "orientales", ainsi que le fait que, lorsqu'une femme a décidé de se montrer sous sa face la plus sexy, rien ni personne ne peut le lui interdire !

P.S. Ces photos, ainsi que pas mal d'autres images, sont visibles (lunettes 3D requises) sur un blog de ma conception : drafts...


vendredi 9 septembre 2016

Marine Le Pen et le syndrome de la laisse sur le cou du chien

(Introduction >> suite 01 >> suite 04 et fin)

Cet article a été entamé le 30 août 2016 mais risque de prendre la forme d'un feuilleton... Et si vous êtes familiarisé(e)s avec ce blog, alors vous savez qu'il peut m'arriver de faire de longues pauses, selon mon inspiration.

Il se trouve qu'il y a peu, j'ai été amené à écrire à une personnalité politique française - ancien ministre ou ministre en exercice, à vous de deviner...- et j'extrais de ce courrier ce qui suit :
(...) À vrai dire, ce n’est pas au ministre que je m’adresse, mais au responsable politique. 
Pour ne rien vous cacher, moi, qui suis un fervent adepte de la pensée de gauche – pas la gauche bonapartisée (le bonapartisme est un concept de droite !) des Mitterrand, Rocard, Jospin, Chevènement… voire Montebourg, ni la gauche dogmatique et ringarde des marxistes-léninistes et autres trotskistes –, j’en suis venu à penser que la seule chose qui pourrait engager durablement le redressement de la France, ce serait un tsunami, qui pourrait prendre la forme d’une victoire de Marine Le Pen à la prochaine présidentielle. 
En attendant, je vous observe et constate que vous n’avez encore rien dit d’essentiel, à l’instar de la totalité des responsables politiques de ce pays, sauf un… 

J'en vois qui se perdent en conjectures et manquent d'avaler de travers, mais, visiblement, ils et elles ne doivent pas m'avoir lu depuis un certain temps, parce que cette thèse, je l'ai déjà affichée ici, il y a un certain temps. Mais, surtout, les habitués de ce blog connaissent le peu de considération que m'inspire la clique immonde qui dirige ce pays depuis bientôt soixante ans (1958-2018), et dont l'un des tout derniers "exploits" est la destruction méthodique d'un pays africain, la Libye, il y a de cela cinq ans.

Mais commençons par cet étrange titre : "Marine Le Pen et le syndrome de la laisse sur le cou du chien".

Avez-vous jamais observé des chiens tenus en laisse par leur propriétaire dans quelque jardin public ? Si ce n'est pas le cas, je vous invite à le faire et à retrouver ce papier dans quelque temps, après que j'y aurai ajouté quelques paragraphes.

... À suivre


Suite 01

Bien sûr que vous avez déjà eu l'occasion d'observer des chiens se croisant dans la rue ou sur une allée quelconque. Et là, chacun des propriétaires s'évertue à tirer sur la laisse de son protégé, afin de l'éloigner le plus possible du congénère arrivant en face.

Je me promène, un jour, le long d'un de ces torrents qui dégringolent des pentes des Alpes, quelque part entre Autriche et Bavière. Ces gens-là sont de gros marcheurs et adorent les randonnées dans la nature. Au sein de notre groupe, il y a un chien, ce chien très courant, notamment dans les feuilletons télévisés. Son propriétaire le laisse divaguer librement sans le tenir en laisse, lorsque je le vois s'énerver subitement et rappeler l'animal, qu'il s'empresse d'attacher de nouveau. Je lève la tête et comprends pourquoi mon ami s'énerve : au détour d'un sentier, un autre groupe de randonneurs vient dans notre direction, lui aussi accompagné d'un chien.

Je me tourne vers le camarade au chien et lui dit calmement : "quand je te ferai signe, tu libéreras le chien." Il me regarde, éberlué ; je dois, donc, insister : "Tu libères le chien dès que je te fais signe !", et je cours en direction du groupe d'en face et demande au propriétaire de l'autre chien s'il veut bien libérer l'animal. Même regard éberlué et je dois insister de nouveau : "Bitte, lassen Sie den Hund frei laufen!" (S'il vous plaît, libérez le chien !). Il s'exécute et je fais un signe de la main à mon ami, qui libère son chien.

Et là, je ne vous raconte pas l'espèce de silence angoissé qui a suivi. Voilà les deux chiens qui galopent l'un vers l'autre, puis qui s'arrêtent pile, s'observent durant quelques secondes, puis se mettent à tourner l'un autour de l'autre, en se reniflant l'arrière-train. Et là, l'un des deux se lance dans un sprint, suivi par l'autre, chacun s'amusant à changer brusquement de direction, immédiatement imité par l'autre.

Vous avez compris ? Les deux animaux jouent !

Explosion d'hilarité dans les deux groupes. Je dois dire que tout le monde était plié en deux, probablement en réalisant combien l'humain est un animal bien bizarre, en tout cas, bien stupide !

Bien évidemment, je fus assailli de questions, dont celle-ci : "Mais comment as-tu deviné ?". Et moi de rétorquer : "mais deviné quoi ? Que le chien est un animal joueur ? Est-ce que vous vous rendez compte que ces pauvres bêtes passent le clair de leur temps attachées contre un mur, et voilà qu'on les emmène en promenade et qu'elles croisent un petit camarade, voire une petite congénère, et vous ne pensez pas qu'ils vont se dire : "Chouette, de la compagnie, enfin !"".

Et, pour bien faire comprendre à la compagnie que je n'avais rien inventé, je leur ai rappelé les travaux d'Ivan Pavlov sur les chiens. Et voilà que l'objection fuse : "mais Pavlov a surtout travaillé sur le réflexe de salivation, généré par un stimulus secondaire (nb.: il y avait quelques scientifiques dans le groupe, dont des universitaires.), sous la forme, par exemple, d'une clochette." 

Et pourtant, nous sommes bel et bien dans le cadre des travaux de Pavlov, que je m'étais permis d'extrapoler quelque peu.

"Et c'est quoi ta nouvelle théorie ?", m'a-t-on demandé.

C'est très simple : il suffit d'observer deux chiens tenus en laisse dans un endroit public : dans la quasi-totalité des cas, les propriétaires ont le réflexe (!!!) de tirer sur la corde, pour éloigner leur animal de l'autre congénère. Et là, qu'observez-vous dans la quasi-totalité des cas ? Deux chiens qui se mettent à aboyer, se montrent agressifs, tirent plus fort sur la laisse, sortent les crocs. C'est particulièrement flagrant sur la première des images.




En clair, chaque fois qu'ils sentent cette secousse au niveau du cou, les chiens comprennent : "attention, danger !", et sortent les crocs, alors même que, bien souvent, le geste de se diriger vers l'autre animal n'est mû que par l'envie de jouer, comme l'épisode relaté plus haut le démontre.

Sur la troisième des images visibles ci-dessus, ont voit deux chiens bien tranquilles, voire presque apeurés, mais ce n'est qu'un leurre : en fait, nous sommes sur un site de dressage, et les trois personnes qu'on aperçoit là sont des dresseurs, l'exercice consistant à faire exécuter aux chiens l'exact inverse de ce qu'ils auraient fait "en temps normal", c'est-à-dire entre les mains de propriétaires pas très "futés". 

Moralité : sauf en cas de dressage particulièrement pointu, la laisse autour du cou est un outil dangereux, qui rend l'animal particulièrement sensible à l'agressivité de son maître, laquelle se transmet inexorablement le long de la corde. Mais une fois la laisse retirée du cou, le stimulus "Attention danger !" disparaît, et l'animal se comporte comme tout chien pas trop abruti par un maître débile : trop content de s'être trouvé un compagnon de jeu, il pense d'abord à s'amuser.

Et comme preuve que ma théorie n'a rien de débile, je raconte à mes camarades cet épisode tragique d'une gamine d'une dizaine d'années, égorgée par le molosse de ses voisins, molosse qui avait pratiquement le même âge qu'elle, et avec lequel elle avait joué des années durant, sans que rien de grave ne se passe.

Sauf que, ce jour-là, le chien était attaché contre un mur, quand la petite a voulu lui faire des papouilles en franchissant le portail des voisins. Le chien voit la gamine s'approcher de lui. En temps normal, ils auraient joué ensemble. Sauf que là, l'animal est attaché, et qu'il tire sur la corde. La suite, vous la devinez sans doute.

Le choc de la laisse au niveau du cou, et le réflexe "Attention danger !" qui fait "tilt" dans le cerveau du chien. Où la chose devient dramatique c'est qu'à ce moment précis, la fixation sur le mur cède, libérant le chien, qui fonce sur l'enfant pour l'égorger. 

Ivan Pavlov avait raison !

Moralité (provisoire) : les chiens dangereux, tenus ou non en laisse, devraient systématiquement porter une muselière, sauf lorsqu'ils boivent ou mangent !

Mais j'en vois d'ici qui s'interrogent sur le lien entre le choc de la laisse sur le cou du chien et Marine Le Pen.

En fait, il s'agit moins de Marine Le Pen que de toute une catégorie de personnes, dont les militants du Front National sont d'excellents spécimens, attitude (double, puisqu'elle a sa réplique en miroir) qui pourrait, à elle seule, expliquer le fameux "plafond de verre" auquel les candidats du Front National sont régulièrement confrontés lors de grandes occasions électorales.

Et, pour illustrer mon propos, je pourrais prendre l'exemple de la défaite de Marion-Maréchal Le Pen en région PACA, lors des dernières élections régionales.

Et dire que, sans ce foutu réflexe "pavlovien" de la laisse sur le cou du chien, Marion-Maréchal L.P. aurait survolé cette élection (à moins de dix points de la majorité absolue au premier tour, avec plus de 48 % d'abstention !). En tout cas, voilà ce que je me ferai un plaisir de lui expliquer tantôt. Mais je n'oublie pas un certain Robert Ménard, à qui je conseillerais volontiers de se débarrasser, fissa, de cette horrible corde qu'il a, lui aussi, autour du cou !

À suivre...  


Suite 02

Pour résumer le chapitre précédent, rappelons les expériences d'Ivan Pavlov, lequel a mis en évidence la faculté pour un dresseur d'induire un comportement, moyennant la substitution d'un stimulus (facteur déclencheur d'un comportement) par un autre. Dans le cas du chien, le stimulus principal, la nourriture, provoquait un réflexe de salivation. En accompagnant de stimulus principal par un stimulus secondaire ou accessoire (un son de cloche), il s'est avéré possible d'induire le réflexe de salivation à l'aide du seul stimulus secondaire.

Voilà comment j'ai expliqué mon extrapolation sur le comportement des chiens, à partir des expériences de Pavlov. Dans notre cas, nous sommes en présence d'un syndrome double, ou en miroir, dans la mesure où nous avons deux chiens se faisant face, deux maître(sse)s et deux laisses. Et à chaque fois, chacun des chiens fait le geste de se diriger vers son congénère, au grand dam des maîtres, lesquels, dans l'immense majorité des cas, ne trouvent rien de plus intelligent (!!!) à faire que de tirer nerveusement sur la laisse afin d'écarter leur chien du chemin de l'animal arrivant en face, ce qui pourrait être illustré par une image parfaitement symétrique : deux animaux, deux laisses, deux maîtres, deux névroses !



L'expérience que je relate plus haut peut être répétée à l'envi, et me permet d'affirmer qu'il est rarissisme de voir deux chiens de taille à peu près comparable et non tenus en laisse s'affronter violemment en dehors d'un contexte les prédisposant à cet effet (aire de combats de chiens ou provocation délibérée par l'un des maîtres, ou encore dispute d'une friandise quelconque).

Mais, à l'inverse, constatons que, dans l'immense majorité des cas, le geste brutal des propriétaires écartant brusquement deux chiens venant en face l'un de l'autre, se traduit par une manifestation d'agressivité chez les deux animaux. Et je suis en mesure d'affirmer que cette agressivité peut être déclenchée à tout moment, même en l'absence d'un congénère, pour peu qu'un animal ressente une secousse due à une brusque tension de la laisse au niveau du cou.

J'en déduis une recommandation importante à destination des propriétaires de chiens potentiellement dangereux : le seul et unique instrument susceptible d'éviter des catastrophes est la muselière, que l'animal doit porter en permanence, sauf au moment de s'alimenter ou de s'abreuver.

Mais j'en vois qui en sont encore à attendre l'explication du titre et le rapport entre les chiens et Marine Le Pen.

Nous allons progressivement y arriver : il se trouve que je ne regarde pas souvent la télévision, mais que je consulte assez souvent l'Internet, ce qui m'a valu de lire, récemment, ce qui suit :
Le maire de Béziers n'hésite pas à parler de « seuils de tolérance ». (Photo EPA) Le maire de Béziers, Robert Ménard, élu en 2014 avec le soutien du FN, et qui avait suscité la polémique en mai 2015 en évoquant la proportion des enfants de confession musulmane scolarisés dans sa ville, est revenu à la charge, hier, sur LCI. « Être français c'est aussi, comme le disait le général de Gaulle, être européen, blanc et catholique, bien sûr », a estimé l'élu, répondant à la question « Être français, c'est être blanc ? ». « C'est pas que ça, mais écoutez, dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d'enfants musulmans, évidemment que c'est un problème, il y a des seuils de tolérance », a-t-il poursuivi. Dans un tweet jeudi, jour de la rentrée des classes, Robert Ménard avait déjà écrit : « #rentreedesclasses : la preuve la plus éclatante du #GrandRemplacement en cours. Il suffit de regarder d'anciennes photos de classe ». « Bien sûr que les gens n'ont pas envie de vivre ensemble ! »... (Source


Sous réserve d'exactitude des propos rapportés ici, je constate que le maire de Béziers, soutenu en son temps par le Front National de Marine Le Pen, parti dont il n'est pas formellement membre, répète à l'envi des saillies sur la présence de sujets auxquels il semble systématiquement vouloir attribuer une religion, le tout à partir de critères que, personnellement, je juge discutable. 

Le problème est que cet ancien animateur de Reporters sans frontières, dont je ne connais pas vraiment le bagage intellectuel (je pense à cette fameuse rigueur que tant de journalistes affichent en bandoulière...), a souvent tendance à prendre ses lubies pour des réalités, à commencer par cet étrange penchant consistant à attribuer une religion à des enfants âgés tout au plus d'une dizaine d'années, leur attribuant, d'office, ce qu'il croit être la religion de leurs parents.

Mais j'en entends qui vont me rétorquer que Ménard n'est en rien le porte-parole du Front National, ce qui est rigoureusement exact. Dans ce cas, faisons appel à une autre source : Marion Maréchal-Le-Pen, députée du Vaucluse. Là encore, je me dois de citer indirectement :
Marion Maréchal pense que les catholiques sont au-dessus de tout. Y compris de la République. C’est en ce sens qu’il faut lire et comprendre sa dernière sortie dans le journal Présent, relative à la supériorité des catholiques sur les musulmans : "Il faut accepter de définir et de revendiquer quel est notre héritage et quelle est notre identité. Ça passe par l'affirmation de notre héritage gréco-romain et chrétien. Il faut dire que la France est une terre culturellement et très longtemps spirituellement chrétienne".
Et de décréter: "Et dans ces conditions, si des Français peuvent être musulmans et exercer leur foi, il faut qu'ils acceptent de le faire sur une terre qui est culturellement chrétienne. Ça implique aujourd'hui qu'ils ne peuvent pas avoir exactement le même rang que la religion catholique". (Source)

Admirons, au passage, le fait que Madame Maréchal-Le-Pen associe, dans un même mouvement, la filiation gréco-romaine, d'une part, et l'héritage chrétien, de l'autre. Entre nous, je ne suis pas certain que les pères de l'Eglise catholique aient cautionné cette association "oxymorique" entre le paganisme des "gréco-romains" et le monothéisme exterminateur (excusez le pléonasme !) professé par le judéo-christianisme (cf. "Je suis le Seigneur, ton Dieu, qui t'ai fait sortir de la maison de servitude ; tu n'auras pas d'autre dieu devant ma face !" ; le fils de pasteur que je suis a encore un peu de mémoire concernant les enseignements paternels ; voir Deutéronome 5, Exode 20, etc.).

Et puis, il y a ce glissement de sens, qui voit Marion Maréchal-Le-Pen passez allègrement de la "terre culturellement chrétienne" à la "religion catholique", faisant l'impasse sur les chrétiens d'Orient, majoritairement orthodoxes, et sur la nuée des héritiers de Martin Luther !

Le fait est que tant Marion Maréchal Le Pen que Robert Ménard - et ils ne sont pas les seuls - sont parfaitement représentatifs de ce fameux syndrome de la laisse sur le cou du chien, qui les incite à sortir les crocs face à un animal arrivant en face alors même qu'il peut être prouvé que le seul fait de retirer la laisse modifie du tout au tout le comportement des animaux concernés.

Voyez comment Marion Maréchal Le Pen s'est privée d'une victoire annoncée en région Paca, elle qui n'était qu'à une petite dizaine de points d'un triomphe espéré, et imaginez ce qui se serait passé si, retirant la laisse qui lui enserrait le cou, elle s'en était allée visiter les cités ouvrières de sa région, pour y rencontrer ces habitants issus de cultures diverses, dont beaucoup de musulmans, souvent fort jeunes, qui ne demandaient qu'à...

Le fait est que quand Ménard affirme avoir 92 % d'enfants musulmans dans une classe, j'imagine qu'il est conscient du fait que la quasi-totalité d'entre eux sont voire seront des citoyens français, donc de futurs électeurs.

Et nous voilà devant une manifestation concrète de ce syndrome en miroir évoqué plus haut : d'un côté, nous avons une personnalité politique qui laisse clairement entendre que telle catégorie d'électeurs (non catholiques) ne l'intéressent pas, alors qu'elle n'est qu'à dix points d'un triomphe électoral, de l'autre, nous avons des populations persuadées que Ménard, Maréchal Le Pen et compagnie sont des incarnations du diable et ne bénéficieront jamais du vote des Musulmans.

Et c'est là que j'inviterais volontiers les uns et les autres à se débarrasser de cette vilaine corde qui leur enserre le cou.

Le fait est que, contrairement à ce que pas mal de gens pensent, la présumée répulsion manifestée par les "immigrés", et singulièrement les Musulmans de France à l'égard du Front National est souvent exagérée, ainsi que j'ai pu le vérifier de visu en avril 2002, lors d'une manifestation que j'ai déjà relatée quelque part sur ce site, à savoir la mobilisation du téléphone "arabe" en faveur de Jean-Marie Le Pen lors du premier tour de la présidentielle de 2002, le tout, dans le seul but d'en finir avec Lionel Jospin.

22 avril 2002 : je ne sais pas si vous avez déjà entendu quelques dizaines de femmes berbères faire "youyouyou...", en tout cas, je peux vous garantir que c'est bien plus sonore qu'un Airbus A380 au décolage !

À suivre...

Suite 03

Le problème des préjugés, c'est qu'ils ont la peau dure ; il se trouve que mon premier métier est la pédagogie, et qu'un bon pédagogue doit pouvoir venir à bout de tous les caractères réfractaires.

Une des manifestations de ces caractères réfractaires bourrés de préjugés est, par exemple, le comportement "pavlovien" de tant de gens dans la mouvance dite d'"extrême droite" (expression dont je n'ai jamais vraiment saisi le sens. J'entends dire, par exemple, que le FPÖ autrichien serait d'extrême droite ; or, j'ai longtemps vécu en Autriche, et ne me souviens pas d'avoir constaté quoi que ce soit d'extrémiste au sein de ce parti dit "fédéral" ou "fédératif", sur la même base que son alter-ego allemand, le FDP !), je pense à des groupuscules du type "Riposte Laïque" ou "Français de souche"..., qui croient pouvoir se dresser systématiquement contre tout ce qui a un lien avec l'Islam, oubliant, par exemple (cf. Riposte Laïque) que l'Islam sunnite est une religion à 100 % laïque !

Ce comportement absurde se manifeste également chez des élus, ce qui est déjà plus étrange, car, pour se faire élire, il faut absolument "rassembler" le plus grand nombre d'électeurs. Mais bon, il faut croire que d'aucuns, à l'instar de Robert Ménard et de quelques autres, pensent qu'on peut toujours se faire élire en profitant d'une triangulaire, c'est-à-dire en se contentant d'une majorité relative. Quelle piètre conception de la démocratie !

Voilà comment, par exemple, Marion Maréchal Le Pen a préféré se faire battre aux dernières élections régionales, mue par sa répulsion pour ce qui s'apparentait à ses yeux à un vote honteux, à savoir le vote "arabe", "africain" ou "musulman".

Mais, du côté d'en face, on retrouve également les mêmes réflexes pavloviens, de la part d'une population généralement de Français d'origine étrangère, qui se persuadent ou que l'on persuade que le Front National, c'est le mal absolu...

C'est, donc, pour convaincre ces groupes qu'ils sont dans l'erreur que je m'en vais de nouveau relater un événement dont j'ai été le témoin direct, événement que j'ai dû déjà raconter quelque part ici même ; il se trouve que cet (ancien) article est l'un des plus visités de ce blog...

Nous sommes, donc, en avril 2002, en ce fameux dimanche du second tour de la présidentielle française. Je pratique le soutien scolaire - disons plutôt la remise à niveau ! - depuis pas mal de temps déjà, dès lors que j'estime que c'est la meilleure couverture pour faire de la sociologie in situ, c'est-à-dire sur le terrain, contrairement à ce que font tous les mauvais sociologues, qui se contentent de planquer dans des bureaux climatisés, à éplucher des statistiques et des sondages.

Je passe ce dimanche dans une cité ouvrière de la banlieue sud de Paris. Je me souviens encore de l'énorme assiette pleine de couscous, dont je ne viendrai jamais à bout. Il a pas mal de monde dans l'appartement, voire à l'étage, avec énormément de va-et-vient. Presque tout le monde vient du Maghreb. Durant tout l'après-midi, un homme ne cesse de répéter : "Vous allez voir, vous allez voir !".

20 heures, les premières estimations du premier tour tombent, et là, avant de voir, j'ai surtout entendu..., je veux parler des youyous des femmes : sur tout l'étage, des dizaines de femmes faisaient "youyouyou..." en découvrant que Lionel Jospin était arrivé derrière Jean-Marie Le Pen. Et là, je vous garantis qu'un Airbus A380 au décollage est encore moins bruyant que tous ces gosiers déchaînés !

Bien évidemment, je pose des questions, notamment au monsieur de tout à l'heure, qui me répond, hilare : "Qu'est-ce que je vous disais ?".

L'explication ? Le téléphone arabe ! Tout ce petit monde avait voté et fait voter pour Le Pen, afin de terrasser Jospin.

Mais pourquoi donc ?, ai-je demandé.

Pourquoi ? Pour avoir osé insulter Hizbollah - j'ai appris à l'occasion qu'on ne disait pas "le Hezbollah" mais "Hizbollah", sans article. -, ce mouvement de résistance libanais, dont le harcèlement avait mis fin à un quart de siècle d'occupation du Liban Sud par Israël. Par conséquent, pour beaucoup d'Arabes à travers le monde, Hizbollah, ce sont des héros. Alors, quand Jospin s'en va en tournée au Proche-Orient, et ne trouve rien de plus intelligent à faire que de traiter Hizbollah  de mouvement terroriste, il se fait caillasser par la foule et doit déguerpir comme un rat, la queue entre les jambes.

Et voilà comment des "Arabes de France" avaient lancé une fatwa contre Jospin. Curieusement, aucun analyste politique n'a évoqué ce fait, tout le monde n'insistant que sur l'éparpillement des voix provoqué, au détriment de Jospin, par Chevènement et Taubira.

Or, moi, je peux vous certifier, pour l'avoir vu de mes propres yeux, que Le Pen a bel et bien bénéficié de voix "arabes" lors de ce fameux premier tour de la présidentielle de 2002.

C'est une des raisons pour lesquelles je comprends mal que, du côté du Front National, d'aucuns s'ingénient à pratiquer un ostracisme bien imprudent à l'égard de certains Français d'origine étrangère, persuadés qu'ils sont que ces Français-là "ne voteront jamais pour le FN". Colossale erreur !

Il se trouve que, nombreux sont les "Arabes de France", et au-delà, les Français originaires des anciennes colonies, à constater et à déplorer que, tant la gauche que la droite persistent à entretenir, ici ou là, une pratique néocoloniale teintée de barbouzardises en tous genres. Voyez la Libye hier, et la Syrie aujourd'hui.

La presse française, notamment gouvernementale (radio et télévision) s'est bien appliquée à faire motus sur l'affaire, mais on a quand même appris que trois "agents" français étaient morts lors d'un étrange accident d'hélicoptère en Libye, ce qui a suscité la protestation immédiate du gouvernement légal du pays. Nous savons, par ailleurs, que la France fricote avec diverses factions combattantes en Syrie. La presse française a beau faire "motus" sur ces tripatouillages de bas étage, il se trouve que le formidable essor de l'Internet ainsi que de la télévision par câble et satellite fait qu'aucune des barbouzardises françaises au Proche-Orient et en Afrique n'échappe désormais aux organes de presse arabisants très influents sur toutes les plate-formes mondiales.

D'aucuns ont pu s'étonner de de voir de nombreux (ir)responsables socialistes, dont Manuel Valls, premier ministre, s'aligner sur les arrêtés d'interdiction du "burkini" pris par divers maires, notamment de droite. Est-ce pour repousser les Arabes et Musulmans dans l'abstention que ce petit monde donne l'impression de vouloir se serrer les coudes, étant entendu que si les Arabes ont pu faire battre Jospin naguère, ils pourraient fort bien rééditer leur geste dès 2017 ?

En intitulant ce papier "Marine Le Pen et le syndrome de la laisse sur le cou du chien", j'ai voulu faire comprendre à la présidente du Front National que, contrairement à un Robert Ménard ou à tel maire FN, qui croit pouvoir se passer du vote des musulmans, dès lors qu'il peut toujours se contenter d'arriver en tête d'une triangulaire, tout(e) candidat(e) à la présidence de la République a impérativement besoin, pour l'emporter, de totaliser 50 % des voix, plus une. 

Il se trouve qu'en 2002, le "sulfureux" Jean-Marie Le Pen a bien réussi à convaincre un certain nombre d'Arabes de France de voter pour lui dès le premier tour de la présidentielle. Pour ma part, je ne comprendrais vraiment pas qu'avec sa stratégie dite de "dédiabolisation", Marine Le Pen fasse, en matière de séduction des Musulmans, et plus généralement, des Français originaires du grand Sud, moins bien que son père, et ce, d'autant plus qu'elle n'est pas à court d'arguments pour séduire un public dont on croit, à tort, qu'il est irrémédiablement hostile au Front National.

Les politocrates et autres politologues me rétorqueront qu'il y a les sondages, dont aucun, pour l'heure, ne pronostique la victoire de Marine Le Pen à la présidentielle.

Ah, les sondages !

Les habitués de ce blog savent pertinemment que je n'ai pas eu besoin des sondages pour dire (avril 2007) tout le mal que je pensais du futur vainqueur de la présidentielle, ni le peu de de confiance que m'inspirait (2012) un apparatchik socialiste terne et gris, pas du tout taillé pour le job, et qui passait le clair de son temps à singer François Mitterrand sur les estrades.

Voilà qui ne peut que me conforter dans mon intime conviction, à savoir que Marine Le Pen peut sortir victorieuse de la prochaine élection présidentielle, le tout, pour peu que, ici ou là, les uns et les autres s'appliquent à se débarrasser de d'a priori et de préjugés aux effets aussi dévastateurs qu'une laisse tendue, sur le cou d'un molosse... 


À suivre...


Suite 04 et fin (provisoire ?)

Commençons par une (double) parenthèse.

*** Une flambée de violence aux Etats-Unis.

Dans la rubrique : "Déjà vu... tant de fois !", voilà que diverses villes américaines sont placées sous couvre-feu à la suite d'échauffourées consécutives au meurtre d'hommes noirs par des policiers. 

Il me semble avoir consacré plusieurs articles récents à ce que j'ai baptisé "Syndrome de Ferguson", du nom de cette ville états-unienne qui avait connu son lot de dégradations et de jacqueries de la part de la communauté noire, et ce, à la suite de ce que vous devinez.

Et à chaque fois, on se dit "C'est quand même incroyable !".

Le fait est qu'il ne s'agit pas systématiquement de noirs abattus par des policiers blancs, puisque, récemment, à Charlotte, le quidam noir a été abattu par un policier, lui aussi noir. Pour preuve : les policiers états-uniens passent pour abattre autour de 700 quidams par an, soit deux par jour, dont un quart de noirs, donc trois bons quarts de non-noirs ! C'est dire si l'explication par le seul racisme est totalement inopérante, et pourquoi je lui préfère mille fois mon concept de "syndrome de la laisse sur le cou du chien."

Et comme je l'expliquais plus haut, ce syndrome a une structure en miroir, dans la mesure où les protagonistes fonctionnent toujours par couple : ici, on a un quidam lambda, souvent installé dans un véhicule automobile, lequel est cerné par des policiers vociférateurs, arme au poing, intimant au quidam lambda de bien vouloir avoir l'extrême obligeance de poser ses mains, bien visibles, sur le volant du véhicule, et de sortir du véhicule en levant les mains. Problème : avant même que le quidam lambda ait esquissé le moindre geste, voilà que notre escouade de policiers a vidé ses chargeurs sur le véhicule. Dans trois quarts de cas (quidams blancs, asiatiques ou hispaniques), la chose passe (apparemment) comme une lettre à la poste ; mais dans le quart restant, c'est l'émeute, le soulèvement des quartiers noirs, la mobilisation des militants de droits civiques et tutti quanti.

Et c'est là que l'endormeur public, vous savez ?, monsieur "Yes we can!", ou plutôt "No, we can't!", y va de son petit discours bien lénifiant, dont il a le secret. Comme quoi, Barack Obama (Obomba pour les intimes, de 'bombing') est plus fort dans l'art d'envoyer des drones assassiner des quidams aux quatre coins du monde que d'assurer la sécurité dans les quartiers populaires de son propre pays !

Barack Obama ou l'impuissance faite homme (d'État) !


*** Citadelle

Retour en France, plus précisément, à Lille, où un groupuscule "identitaire" aurait décidé d'ouvrir un bar baptisé "La Citadelle", sorte de club fermé réservé aux seuls patriotes européens... Il paraît que ces quidams sont des sympathisants du Front National.

Et moi de penser qu'à l'instar de certains élus mentionnés plus haut, ces olibrius ne doivent pas savoir compter et n'ont pas tiré les leçons des échecs récurrents du FN au cours des dernières années, notamment lors de élections départementales et régionales, où les élus FN se sont systématiquement heurtés à ce que d'aucuns appellent un "plafond de verre"...

Les gens de la Citadelle ignorent, donc, que la France n'est pas peuplée que de Caucasiens à peu blanche, de même que, ne lisant pas mon blog, ils ignorent tout de la mobilisation de pas mal d'"Arabes de France" en faveur de Jean-Marie Le Pen lors de la présidentielle de 2002.

Donc, si j'ai bien compris ces jeunes gens, les voix de ceux qui n'appartiennent pas à leur catégorie sont à rejeter en bloc. Du coup, on comprend mieux pourquoi ils n'osent pas se jeter dans le bain politique, persuadés qu'ils sont que leur groupuscule ne sera jamais majoritaire lors d'une élection, majorité voulant dire : 50 % des voix plus une !

Mais si j'ai bien compris leur stratégie du repli identitaire, ils voudraient voir Marine Le Pen appliquer la même politique et se faire irrémédiablement battre à la prochaine présidentielle ! 

Étonnants "patriotes" désireux de voir perdre leur camp aux élections !

Et, là encore, le syndrome de la laisse sur le cou du chien va mettre, face au groupe précité, un clan tout aussi agité d'"antifascistes" et autres agités prêts à en découdre avec la "peste brune", puisqu'il semble que des manifestations agitées aient eu lieu à Lille pour empêcher l'ouverture du bar des identitaires.

Quand je vous disais que Pavolv avait raison !

(Fin de la parenthèse)


La conclusion de tout ce qui précède ?

Finalement, quand on y regarde d'assez prêt, il apparaît que Marine Le Pen n'est pas si extrémiste que ça ! Déjà qu'en son temps, Jean-Marie Le Pen avait manifesté sa volonté de ne pas couper les ponts avec certaines couches de la population française. Voyez cette archive datant de la campagne présidentielle de 2007.


2017, bonapartisme, élection, france, front, le, marine, national, pavlov, pen, politique, présidentielle, réflexe, jean-marie, fascisme, extreme, droite, france, election

Du coup, on ne comprend pas très bien qu'en une dizaine d'années, le Front National rajeuni par et (dit-on) dé-diabolisé par Marine Le Pen n'ait pas réussi à amplifier le dialogue entamé par Jean-Marie Le Pen, au point qu'en entendant certains élus évoqués plus haut, on a l'impression d'un chantier laissa à l'abandon.

Pour ma part, l'expérience vécue "in situ" en 2002 me laisse à penser que Jean-Marie Le Pen avait eu raison de miser sur les Français d'origine étrangère, dont tout le monde sait pertinemment qu'ils comptent parmi les gros contingents d'abstentionnistes.

Le fait est que les abstentionnistes représentent, 'de facto', le premier parti de France, si l'on veut bien additionner les non inscrits, les inscrits qui ne votent pas et ceux qui votent blanc ou nul (environ 4,9 millions de Français ne sont pas inscrits ou croient ne pas l'être (données 2004), chiffre qui varie entre 10 % et 13,3 % du corps électoral sur les neuf dernières années ; source Wikipedia) : soit autour de 10 % de non inscrits, auxquels s'ajoutent autour de 20 % d'abstentionnistes...

Parvenir à séduire le premier parti de France, et si c'était là la clé de l'élimination par Marine Le Pen de ce fameux plafond de verre qu'on lui oppose à tout bout de champ ?


Prochain article : Marine Le Pen et le fameux "plafond de verre".