Translate

samedi 29 octobre 2011

La mort de Kadhafi ? Lettre ouverte à la Direction Générale de l'Agence France Presse

Monsieur/Madame le Directeur Général de l'AFP

Je vais être bref : c'est à partir d'une photo publiée par vos services que s'est construite l'information selon laquelle Muammar Al Kadhafi, le leader libyen, aurait été tué à Syrte.


Cette image, la voici.



Je vous encourage à soumettre cette image à une sérieuse expertise ou, le cas échéant, à consulter l'analyse que je lui consacre sur un de mes blogs : foreign-affairs-world-policy.

Après quoi, vous pourrez toujours vous faire hara-kiri (1).

Pour dire les choses franchement, je ne vous félicite pas ! (2)

r_wora


(1) Elément constitutif du code d'honneur des samouraïs. Par parenthèse, en japonais, "samouraï" pourrait se traduire par "celui qui a des couilles". 

(2) En voyant où en sont rendus les journalistes de la presse dite libre en matière de désinformation, c'est Josef Goebbels qui doit se tordre de rire dans sa tombe !

vendredi 28 octobre 2011

Psychopathologie du chrétien de pacotille. Ce pauvre monsieur Juppé !

Lu dans lefigaro.fr (je vous rassure, je ne lis plus aucun journal d'information ; je veux dire par là que je n'en achète plus un seul !) ce papier relatif au "retrait des troupes françaises de Libye" (21 octobre 2011). Les passages en exergue sont de mon fait. La chose est présentée sous le titre "La stratégie de l'escargot".

Officiellement, les bombes de 250 kilos tirées par les Mirage français étaient destinées à "freiner" la menace représentée par les véhicules et leurs occupants armés, contre les populations civiles.(1) Mais, selon les informations recueillies par Le Figaro, les chasseurs français étaient à l'affût depuis plusieurs jours, aidés par les drones américains qui assuraient une surveillance aérienne permanente de la région. «Nous nous doutions que Kadhafi (2) était caché quelque part à Syrte. Nous surveillions de près les différentes sorties qu'il aurait pu emprunter pour quitter la ville », confie un responsable français proche du dossier.

Depuis un certain temps, tous les convois quittant Syrte étaient surveillés de près (3a) par les forces de l'Otan. Arrêtés au besoin par les tirs des avions de chasse.(3b) À Paris, certains parlent de la «théorie de l'escargot quand il pleut»: «Il finit toujours par sortir.» Ce qui n'était pas prévu, c'est qu'un groupe de combattants libyens qui patrouillaient au sol réservent un pareil sort au dictateur. "Notre but n'était pas de tuer Kadhafi." Mais "de le forcer à abandonner le pouvoir" (4), a affirmé, vendredi, Alain Juppé.

L'art de mentir avec aplomb : "forcer Kadhafi à quitter le pouvoir" ne figure sur aucune résolution de l'ONU... Mais bon, au point où on en est, on ne va pas chipoter, n'est-ce pas ma bonne dame ! Enfin si, on va chipoter, par exemple les russes et les chinois à l'ONU sur la Syrie. L'encore ministre français des affaires étrangères reconnaît, donc, qu'il ne s'est jamais agi pour lui et ses acolytes de protéger quelque civil libyen que ce soit mais tout bonnement d'initier un coup d'État militaire dans un pays souverain. Et dire que cet homme a dû être baptisé dans quelque église catholique de France ! Plaignons la religion qui compte Alain Juppé parmi ses ouailles !

Bien évidemment, ce pauvre homme n'a eu personne en face de lui pour lui demander les raisons des bombardements d'habitations, d'écoles, d'hôpitaux, d'installations civiles comme la GMMR... Les images, nous les avons. Par parenthèse, observons, en passant, que l'encore ministre français des affaires étrangères concède qu'une surveillance par aéronefs a été soumise à une ville déjà considérablement détruite par l'ONU-OTAN, jusques et y compris l'hôpital, dont nous avons vu qu'il a dû être évacué. On ne voit donc pas très bien comment ces aéronefs auraient pu faire autre chose que ce qu'ils avaient déjà fait auparavant : massacrer des populations civiles sous de sévères bombardements, comme ici :


 
Rongé, déjà, par sa mauvaise conscience de chrétien de pacotille, l'encore ministre français des affaires étrangères tente de sauver le peu d'âme qui lui reste en se peignant un panorama d'une réalité virtuelle car purement illusoire et entièrement phantasmée, syndrome bien connu des psychiatres, le patient étant sujet à des affabulations (qu'il profère à tout propos) et à toutes sortes de symptômes qui peuvent être auditifs (on entend des voix) ou visuels (on aperçoit des choses ou des personnes ; cf. les mirages ou hallucinations).

Donc, la mauvaise conscience de ce pauvre homme lui a fait  entamer cette litanie bien connue de tous les auteurs de délits et de crimes : Madame le Juge, je vous jure que je ne voulais pas le faire ! Je vous jure que ce n'est pas moi ! Je vous jure sur la tête de ma mère que je ne l'ai pas fait exprès !, etc.

Mais ce n'est pas là le plus extraordinaire.

Le plus extraordinaire est ici :

... une image multi-diffusée sur Internet, et qui m'a fait penser, à l'instant même où je l'ai découverte : "mais, ce n'est pas Kadhafi !"
 

(Comparez le nez, les yeux... et ce pli descendant du nez vers la moustache !)

Nous connaissons désormais le nom de l'homme (ou d'un des hommes !) présenté(s) partout comme étant le mort Kadhafi. Grâce notamment au site mathaba.  
 


Ali Madjid Al Andalusi, tel était le nom du "double" (ou de l'un des doubles, dès lors que des montages ont pu être réalisés par les contrefacteurs d'Al Jazeera, dans le style de la "reproduction" de telle ou telle partie de Tripoli en studio)  de Kadhafi exhibé sur l'internet et au-delà, sur Al-Jazeera et autres CNN..., comme étant la preuve que Kadhafi avait péri.

Et c'est là qu'on a comme une furieuse envie de demander aux "journalistes" du figaro.fr de s'en retourner dare-dare revoir l'encore ministre français des affaires étrangères pour lui demander qui les avions de l'OTAN avaient-ils réellement bombardé ?

Nous savons désormais que Kadhafi avait des "doubles", dont un a été massacré par les alliés de Monsieur Juppé aux fins de faire croire au monde que Kadhafi avait été tué.

Question : d'où l'encore ministre français de la propagande tient-il donc l'information selon laquelle Kadhafi aurait été tué, sachant que le sujet présenté partout comme étant le dirigeant libyen n'était qu'un sosie ?

Car, de deux choses l'une :

- ou bien le vrai Kadhafi a bien été tué et, conformément à une de mes hypothèses, la mafia ONU-OTAN et ses supplétifs libyens ont délibérément fait massacrer un quidam dont le seul crime était de ressembler au guide libyen, et ce, dans un seul et unique but de propagande et de diversion, la mafia ONU-OTAN cherchant par-là même à couvrir sa responsabilité directe dans un massacre par aéronefs des occupants de véhicules civils [il fallait montrer sur les images un "Kadhafi" encore vivant et succombant aux coups des "révolutionnaires" libyens] ; d'où la thèse "officielle" reprise complaisamment par l'écrivailleur du journal : "... ce qui n'était pas prévu, c'est qu'un groupe de combattants libyens qui patrouillaient au sol réservent un pareil sort au dictateur."

- ou bien la mafia ONU-OTAN s'est fait avoir par de fausses informations volontairement distillées à son intention par le camp Kadhafi, qui leur a jeté entre les pattes un sosie, et hormis le crime ignoble commis par la mafia internationale sur la personne d'un "innocent", le ridicule qui est en train de s'abattre sur Obama, Sarkozy, Juppé et consorts risque fort de "tuer" pas mal de monde, le vrai Kadhafi étant toujours vivant ! 



Notes :
 
(1) Vous avez compris que lefigaro.fr prenait ses lecteurs pour des cons ! Tirer des bombes de 250 kg..., on suppose dans le sable (!!!) pour "freiner" la menace représentée par les véhicules et leurs occupants armés, contre les populations civiles..., ça s'appelle prendre les gens pour des cons. Parce que les populations civiles en question sont massivement favorables au régime de Kadhafi, au point que l'ONU-OTAN a dû bombarder des villes entières des semaines durant pour les vider de leurs populations. Mais ça, l'internaute de base le sait. Et que le figaro ose écrire des conneries pareilles sur un site en ligne, est juste stupéfiant. Mais il n'est pas le seul. (Mais soyons quand même honnête : le figaro écrit : "officiellement, les bombes de 250 kg"... ; "officiellement" !). Le problème est que ces gens n'ont pas l'air de lire les forums de discussions qui fleurissent sur leurs propres sites ; et c'est bien cela le plus stupéfiant !
 
Visiblement, les représentants de la presse des siècles derniers (presse écrite, radio et télévision) n'ont toujours pas compris l'essence même de la révolution "Internet", en continuant de fonctionner comme aux siècles derniers précisément (le gavage des oies avec des infos plus ou moins bidonnées), tout en voulant, mordicus, s'ingénier à jouer la carte de la convivialité et de l'interactivité initiées par l'Internet. Mais là, les effets sont simplement dévastateurs ! Pour preuve, j'ai piqué trois messages assez courts (et qui se suivent) sur le forum du figaro.fr, particulièrement représentatifs :
 
Dominique Zano
"Ont quitté la tête haute" : plus de 50 000 morts y compris femmes et enfants; destruction complète des villes; génocide envers les travailleurs noirs par les pseudos-guerriers de la CNT; prise du pouvoir par les céranéïques(15% de la population), les lobbys Qatari-Franco-Anglais, les salafistes de tous poiles et de tous pays. Coût financier : plus d'un demi-milliard d'euro alors que l'Europe est au bord du gouffre.
"Ont quitté la tête haute", le porte-avion du malheur avec ces bombes à guidage laser-satellite lancés à plus de 100 km de l'impact et 3000 mètres d'altitude, quel courage.
"Ont quitté la tête haute", les dirigeants français de démontrer et vendre nos armes de destruction massive.
"Ont quitté la tête haute", la misère d'une France qui croit vendre une démocratie à coût de charnier, de sang, de vengeance et de future guerre civile.

domi dome
Absolument rien à ajouter, "la tête haute ou l'inversion des valeurs" poussée à l'extrême. Tout simplement écoeurant...

Esteban89
Merci Sarkozy. Avec les bilans de 244 morts mi-mars, je ne les sentais pas bien non plus ces rivières de sang, tout juste un ruisseau tari. Au moins, avec l'intervention française, ses villes rasées, ses massacres menés par les islamistes et ses 30.000 morts sous les balles des armes françaises parachutées, on a eu des fleuves de sang. Remarquable...

Vous savez quoi ? Je crois que les gens de la presse des siècles derniers sont devenus masochistes à trop vouloir jouer la carte de la liberté d'expression : 98 % d'opinions négatives ! Question : combien de ces internautes se donnent encore la peine de débourser les 1.30 ou 1.40 euro pour s'offrir un quotidien dans un kiosque à journaux, sachant que, pour ma part, moi qui achetais plusieurs kilos de presse chaque semaine, j'en suis arrivé à zéro quotidien, zéro hebdomadaire... Seuls survivants : des magazines par abonnement comme National Geographic ou Sciences et Avenir...? Question subsidiaire : combien de quotidiens français survivront à la boucherie libyenne, sachant que, pour France Soir, par exemple, les carottes sont cuites ? 

(2) Nous nous doutions que Kadhafi était quelque part... Mais quel Kadhafi ? Et pourquoi serait-il venu si près des canons de l'ONU-OTAN ? Et à qui va-t-on faire croire que Kadhafi n'y connaissait rien en matière d'intoxication, en laissant diffuser de fausses nouvelles, par exemple ?

(3a/b) Tous les convois quittant Syrte étaient surveillés de près (3a) par les forces de l'Otan. Arrêtés au besoin par les tirs des avions de chasse... C'est qu'on a le sens de l'oxymore au Figaro ! Sachant qu'il n'y avait (officiellement) pas de troupes au sol, force est de constater que la surveillance "de près" de tous les convois quittant Syrte par des forces de l'Otan n'a pu se faire que depuis les airs.  Pour preuve, les convois en question étaient censés être arrêtés par des tirs d'avions de chasse ! Visiblement, les écrivailleurs du Figaro ne doivent pas bien savoir à quelle altitude volent les avions de chasse de l'Otan censés surveiller de près les convois quittant Syrte !

(4) Notre but n'était pas de tuer Kadhafi... Voilà maintenant que l'on sait qu'ils en ont tué au moins un de faux, dont la famille va devoir recevoir bientôt les plus plates excuses des services de propagande de l'ONU-OTAN ! Par ailleurs, on pourrait remodeler la phrase à l'infini : "Notre but n'était pas de tuer 100.000 Libyens, ni de détruire les villes de Zliten, Madjar, Syrte, Bani Walid..., ni de sponsoriser des pogroms génocidaires contre les noirs de Libye et les travailleurs immigrés, ni de vider de sa population noire la ville de Tawurgha.", etc.

Pauvre Alain Juppé, pauvre chrétien de pacotille !


Lecture recommandée : La Conscience, de Victor Hugo

mardi 25 octobre 2011

Libyan negroes still missing. On recherche toujours des nègres en Libye



COMMUNIQUÉ

On est toujours à la recherche de milliers voire de dizaines de milliers de nègres de Libye, qu'il s'agisse de citoyens libyens à la peau foncée ou de travailleurs africains immigrés.

Les pogroms anti-nègres ont commencé dès le soulèvement de Benghazi et ont fait l'objet de reportages et de prises de position (notamment sur ce blog) dès le mois de mars 2011.

Et l'on est toujours sans nouvelles de la population noire de Tawurgha, ville peuplée de descendants d'esclaves.







Les initiateurs de cette campagne génocidaire d'épuration ethnique, nous les connaissons.


Détail croustillant : ces liquidations massives de nègres en Libye ont été applaudies par la Gauche française, laquelle a voté la prolongation de la campagne militaire destinée à soutenir le coup d'Etat des harkis de Benghazi.





(...) En Libye, une situation d’urgence et de menace immédiate pour la sécurité des populations civiles a rendu nécessaire et légitime, il y a maintenant quatre mois, une intervention militaire sous mandat des Nations Unies. Face au régime dictatorial de Mouammar Kadhafi qui mène une répression sanglante contre sa population civile, la responsabilité de la communauté internationale est d’assurer une protection, conformément au droit international.

Le groupe socialiste vote aujourd’hui à l’Assemblée nationale en faveur de la poursuite de l’engagement français en Libye. C’est une décision responsable que j’approuve pleinement. Cette intervention se fonde sur un mandat clair : la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l’ONU qui ouvre la possibilité d’utiliser tous les moyens, y compris militaires, pour protéger les populations civiles de Libye. Seule une intervention au sol est exclue...


Vous vous souvenez d'un certain discours de Dakar ? Et de Ségolène Royal elle-même à Dakar quelque temps plus tard ? Et dire que Mme Royal a fait croire à tout le monde qu'elle au moins avait la fibre africaine... Hélas, trois fois hélas ! En tout cas, les raisons de sa débâcle lors des primaires socialistes sont entièrement contenues dans ce communiqué ô combien affligeant (en juillet 2011 plus personne ne pouvait ignorer le caractère raciste et génocidaire des harkis de Benghazi ! Par ailleurs, il semble que Mme Royal n'ait jamais parcouru le moindre article signé par un seul professeur de droit  international car, sinon, elle n'aurait jamais parlé de "mandat clair" à propos de cette fameuse résolution 1973 !), qui explique, à lui seul, pourquoi un certain peuple de gauche a brutalement tourné le dos à cette femme.


Chers nègres de France et de Navarre, des Antilles et de Guyane, de la Réunion et de Mayotte, ainsi que de Mélanésie, vous savez sans doute qu'on vote en 2012. Puissiez-vous ne pas avoir la mémoire courte !


Liens

01. De son côté, Julien Dray a choisi de ne pas prendre part au vote. Il s’en explique sur son blog : « L’intervention de nos forces armées est devenue illisible, tout comme ses objectifs et son calendrier. Nous sommes de fait à un carrefour : soit on estime que les rebelles sont politiquement légitimes, et alors on leur donne immédiatement les moyens nécessaires (en termes de matériel, de formation, de soutien logistique) pour vaincre le régime en place, plutôt que de leur distiller au compte-goutte juste assez d’aide pour les maintenir à flot. Soit on prolonge l’actuelle et ambiguë forme de soutien, et alors on s’installe dans un no man’s land militaire et politique qui peut durer des mois, et qui ne fera que générer un peu plus de chaos dans la région. Cela porte un nom : l’enlisement, le bourbier, concepts bien connus des Américains. (...) C’est actuellement la deuxième option qui s’impose, et elle n’a pas de sens à mes yeux.Plutôt que de suivre Sarkozy et la droite sur ces questions – même avec des réserves – nous ferions mieux d’avoir l’audace d’une politique diplomatique ambitieuse et indépendante ».  Source

02. Bref, le Ps français (comme la plupart des autres en Europe d’ ailleurs), est à la remorque des Ricains, de l’ Otan et de Sarkozy. (...) Depuis 1945, je ne connais pas un seule prise de position de distanciement des partis “socialistes” vis-à-vis des opérations sionistes, colonialistes, impérialistes, de guerre des Ricains, de l’ Otan et des ex-puissances colonialistes.En Occident, un seul personnage (que je suis loin d’ approuver pour ses positions) d’ envergure, a eu le culot de foutre un coup de pied au cul des Ricains et de chasser l’ Otan: Charles DE GAULLE. Pour cette attitude, je l’ admire …Mais bref, la social-démocratie est dans son rôle de paravent du capitalisme, de l’impérialisme, du colonialisme, du sionisme… On ne sortira pas de ce cliché pour ce qui la concerne, depuis la trahison de la Révolution d’ Octobre 1917 et le vote des crédits nécessaires, dans un camp impérialiste comme dans l’ autre, pour jeter les peuples les uns contre les autres, déjà en 1914 … Source

03. Vidéo




jeudi 20 octobre 2011

Gaddafi dead! You know what? Obama and his puppets managed to play it like Frankenstein! Vous savez quoi ? Obama et ses supplétifs se prennent pour Frankenstein !

Ils vous ont dit que Kadhafi était mort ?

Et vous, comme des idiots, vous les avez crus, sans même réfléchir, comme pour l'avion de ligne qui aurait percuté le Pentagone ou pour l'immeuble WTC (World Trade Center) 7 qui s'est effondré sans avoir "croisé" le moindre avion !?!?

Alors, regardez cette image et réfléchissez !




La suite... More...

mercredi 19 octobre 2011

À tous nos frères et soeurs de Libye, victimes de la barbarie

Pendant longtemps, nous avons cru que la barbarie absolue, c'était Hitler. Et puis nous avons découvert que le jour même de la chute du nazisme, on pouvait (les troupes françaises pouvaient) liquider une cinquantaine de milliers d'Algériens, en Algérie (Sétif et Guelma). Et puis nous avons découvert les goulags de Staline, les horreurs de la guerre du Vietnam, d'autres massacres, au Cambodge, au Rwanda et ailleurs.

Nous en étions là jusqu'à ce génocide unique en son genre : probablement autour de 100.000 Libyens, soit pas loin d'un cinquantième de la population totale - comme si on liquidait 1.3 millions de Français ou 24 millions d'habitants de l'Inde ! Et ça se passe là, en ce moment-même, sous le sponsoring de l'ONU et de l'OTAN !

















Oui, nous pensions que la barbarie absolue, c'était Hitler. Et nous nous trompions. Voyez la France sous occupation hitlérienne et comparez !

Petit rappel : on raconte un peu partout qu'Hitler avait donné l'ordre de détruire Paris ou Bordeaux, et que ce sont les généraux allemands à la tête des deux garnisons qui ont refusé de le faire, ce qui est absolument faux ! Hitler n'avait aucune raison de détruire tant Paris que Bordeaux, pour la bonne raison que les soldats allemands vivaient en convivialité avec les Français, allant même jusqu'à cohabiter avec des femmes dont ils ont pu avoir des enfants. Il y avait donc des enfants d'Allemands dans ces villes, qu'Hitler n'avait donc aucune raison de détruire, lui qui considérait que toute terre hébergeant des Allemands avait vocation à faire partie du Reich !

Paris outragée, Paris martyrisée, Paris humiliée, mais Paris... épargnée... par Hitler !






Voilà une petite démonstration qui se passe quasiment de commentaires, non ? Le fait est qu'en août 1944, les troupes allemandes vont quitter Paris en laissant une ville intacte.

Alors, qui est le vrai barbare ? Où est la vraie inhumanité ?

Frères et soeurs de Libye, je vous rassure : l'Occident est la région du monde où les gens connaissent le plus de dépressions nerveuses et recourent le plus souvent au suicide, et cela pour plein de raisons, à commencer par cette formule latine bien connue des chrétiens, notamment catholiques : "mea culpa, mea culpa, mea maxima culpa." : "c'est ma faute, c'est ma faute, c'est ma très grande faute.", cette culture de la faute expliquant l'invention du paradis, du purgatoire et de l'enfer.

En raison de leur mauvaise conscience, bien des gens en Occident vivent l'enfer au quotidien ; c'est notamment le cas de nombreux vétérans américains des guerres du Vietnam et d'Irak, victimes, entre autres choses, du fameux PTSD (Post Traumatic Stress Disorder).

Question : mais comment les "vainqueurs", les plus forts, ceux qui détiennent les armes les plus sophistiquées et massacrent les populations civiles par milliers, dizaines voire centaines de milliers, peuvent-ils se retrouver souvent plus traumatisés que leurs victimes ?

Une des réponses nous est fournie par un jeune soldat allemand impliqué dans l'opération "Barbarossa" qui vit les Einsatztruppen entrer en Union Soviétique au début de 1941 pour y pratiquer des ratissages meurtriers ayant fait des millions de victimes. Ce jeune soldat écrit à sa mère et l'informe, entre autres choses, que les conditions de vie sont très rudes et que ce qu'ils sont contraints de faire (les innombrables exécutions de prisonniers de guerre mais aussi de civils) est tellement éprouvant que ceux qui n'ont pas un caractère bien trempé sombrent dans la déprime voire le suicide.

L'oeil était dans la tombe et regardait Caïn. (Victor Hugo)

Chers frères et soeurs de Libye, surtout n'oubliez jamais : les émules d'Adolf Hitler qui vous bombardent actuellement ne se sont pas attaqués à un pays de 6 millions d'habitants mais à un continent d'un milliard d'Africains !

Voyez le Mali, après le Nigéria, le Ghana...; comme une vague qui enfle et qui, demain, les submergera...




Translation (English - Deutsch - Castellano)



Liens :  01 - 02  -  03  -  04  -  05  -  06  -  07  -  08  -  09 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14   


lundi 17 octobre 2011

Marine Le Pen for president? Présidentielle 2012 : et si c'était son année ?


Oui, et si 2012 était son année ?


Il y en a qui vont penser : "Mais il débloque complètement !"

Ah oui ?

Alors, débloquons gaiement ! Moi je vous dis que 2012 pourrait s'avérer être l'année de Marine Le Pen.

Ah bon ? va-t-on me demander !

Voyons voir : on a là un sortant, complètement démonétisé, qui a tout promis, tout et n'importe quoi, à commencer par son fameux "travailler plus pour gagner plus !". Et puis, il a surtout travaillé pour ses amis les riches : Fouquet's et yacht luxueux à Malte : il n'y a pas de fumée sans feu. Et je n'oublie pas quelques casseroles qui risquent de faire du bruit, pour peu que les juges creusent un peu (on attend toujours l'audition de la vieille Bettencourt à propos d'enveloppes évoquées par une comptable ; mais il y a aussi cet explosif dossier Karachi...).

Ras-le-bol de lui ! Voilà ce que doivent penser nombre de  ceux-là mêmes qui l'ont plébiscité en 2007. On lui accorde combien au premier tour ? 15-16 % ? Ce serait déjà formidable, s'il y parvenait !

Et l'autre, celui que les socialistes se sont choisi, cet apparatchik gris et terne qu'on a vu pantoufler une décennie durant comme premier (je veux dire "dernier !") secrétaire du PS, sans pouvoir produire en dix ans la moindre idée originale ! Non mais franchement, vous voyez ce type soulever l'enthousiasme des foules ? S'il fait dans les 15-16 %, ce serait déjà formidable, pour lui !

Et c'est là que Marine Le Pen, pour peu qu'elle fasse preuve de doigté et se libère de l'héritage un peu sulfureux qui lui a été refilé par son père (ça, ce ne devrait pas être trop difficile !), peut réellement surprendre son monde. Entre nous, pourquoi serait-il plus difficile à la fille d'atteindre le second tour d'une présidentielle que pour son père, alors même qu'elle est plus avenante et bien moins porteuse de stigmates et de miasmes putrides que son sulfureux paternel ? On lui attribue combien...? 20, 22, 23 % ? Ce qui voudrait dire qu'elle sortirait gagnante du premier tour de la présidentielle !

Reste à savoir qui sortirait deuxième derrière elle. Pourquoi pas Bayrou, pour peu qu'il fasse l'unité dans son camp ? Il était quand même à près de 19 % en 2007 ! Parce que lui aurait de fortes chances de récupérer un certain nombre de dissidents de l'UMP échaudés par leur pseudo-champion qui ne convainc plus grand monde. Mais Bayrou pourrait également récupérer pas mal de socialistes allergiques à l'autre chiffe molle terne et tellement grise !

Alors, on parie ?

Mais j'entends d'ici l'objection : "Oui, mais même parvenue au second tour de la présidentielle, la fille Le Pen va se faire aplatir par le report des voix, comme lors des 82 % en faveur de Chirac en 2002 !"

Et c'est là que je vous dis que vous faites erreur ! Parce que, précisément, son adversaire éventuel du second tour ne sera pas Chirac ! Et qu'elle aura su se faire accepter par l'opinion bien plus efficacement que son père. Et ça, ce sera le travail de la campagne électorale, domaine où elle n'est pas mauvaise. Imaginons, par exemple, qu'elle parvienne à se rabibocher avec la banlieue, son point faible pour le moment. Vous savez ?, les Beurs, les Blacks...

Et comme la France manque cruellement d'analystes politiques, pour s'offrir, à la place, toute une escouade de vulgaires commentateurs de sondages, du coup, personne n'en parle, mais le fait est que Marine Le Pen risque fort de bénéficier, en 2012, d'un concours de circonstances qui pourrait s'avérer absolument décisif...

À suivre...

samedi 15 octobre 2011

Libya, 2011: a UN-NATO-sponsored genocide. Libyen, 2011: ein UN-NATO-geförderter Genozid. Libia, 2011: un genocidio patrocinado por la ONU-OTAN. Ливия, 2011: ООН-НАТО-спонсором геноцида.


Première version de ce texte : 15 août 2011. Previous version of this text: August 11, 2011 


Do you want to read this text in your own language? (Diese Seite übersetzen. Traducir esta página.  Lefordítani ezt az oldalt a magyar. перевести эту страницу на русский язык. Tafsiri ukurasa huu. ترجمه این صفحه را به زبان فارسی . ترجمة هذه الصفحة إلى العربية).  Get the browser "Chrome". فقط اضغط . Just click... here or... here.



15 octobre 2011

15 août - 15 octobre : pile deux mois. Deux mois que j'ai visionné un reportage sur Aljazeera à propos de la "prise" par les supplétifs de l'ONU-OTAN de la bourgade de Tawurgha, non loin de Misrata, bourgade majoritairement habitée par des noirs descendants d'esclaves. Le "journaliste" de Aljazeera s'appelle Andrew Simmon. Un jour prochain, Monsieur Simmon et ses employeurs d'Aljazeera devront comparaître devant un tribunal pénal international (autre que la CPI, agent de la CIA et de la mafia ONU-OTAN) pour rendre compte de ce qui s'est réellement passé dans cette ville libyenne, préalablement bombardée par les avions de l'ONU-OTAN, de manière à terroriser le maximum d'habitants, vider la ville et la livrer aux supplétifs du CNT.

Il y a deux mois, je me doutais bien que les faits étaient graves, mais je n'imaginais pas que nous vivrions un nouveau Lidice, un nouvel Oradour-sur-Glane ou un nouveau Mylai !

Le fait est que l'on est sans nouvelles de la population noire de Tawurgha ! Et pendant ce temps, le sinistre procureur de la CIA près la CPI fait semblant d'enquêter en Côte d'Ivoire, après avoir laissé les sponsors du coup d'Etat militaire contre Gbagbo - qui dure depuis une décennie - nettoyer les charniers de Duekue de toutes traces compromettantes.

Il reste que Tawurgha est un cas de nettoyage ethnique d'une exceptionnelle gravité, et qui n'a rien d'un crime de guerre ! C'est délibérément que l'ONU-OTAN a fait tirer sur des zones résidentielles afin de terroriser des populations civiles, ainsi que l'on peut le voir actuellement à Syrte.

L'ONU-OTAN, élevé au rang des criminels contre l'Humanité. C'est Hitler qui doit se tordre de rire dans sa tombe !

Retour au texte d'origine, auquel je n'ai rien modifié !


Dans le domaine de la pédagogie, rien ne vaut la répétition. Dans les familles aisées d'antan, on avait coutume de confier les enfants (ex. Wolfgang Amadeus et sa soeur ne sont jamais allés à l'école.) à des précepteurs, encore appelés répétiteurs. J'en parle d'autant plus aisément que j'ai longtemps officié en cette qualité dans pas mal de familles aisées des "beaux" quartiers de l'Ouest parisien. Et tout(e) bon(ne) musicien(ne), comédien(ne), artiste de cirque, sportif(ve)... sait ce que c'est que de "répéter" une gamme, une figure, un numéro, etc.

Il se trouve simplement que l'on m'interpelle généralement pour évoquer tel ou tel sujet abordé dans mon/mes blog(s). Vous ne le voyez pas forcément, dès lors que j'ai volontairement fait l'impasse sur les forums de discussion, ces lieux qui vous font perdre énormément de temps sur l'Internet, avec des prises de positions intéressantes et d'autres franchement nulles. D'où ma réticence à la chose. Il n'empêche que j'ai des contacts divers et variés ici ou là. D'aucuns voient quotidiennement des reportages à la télévision, avec mention de l'avancée irrésistible des rebelles libyens un peu partout. Donc, quand on leur dit qu'il y a beaucoup de faux là-dedans, ils se posent des questions. Normal. D'où la nécessité de revenir en arrière.

Prenez le reportage évoqué naguère sur la chaîne Al Jazeera. J'ai affirmé ici qu'il était bidonné. Et je le prouve, au cas où la démonstration précédente n'aurait pas été assez limpide. (Source : Al Jazeera)

On reprend des images dans l'ordre de leur apparition sur l'écran. Et je suppose que le reporter d'Al Jazeera est assez rationnel pour avoir exécuté son montage dans l'ordre chronologique des événements.

Et voilà ce qu'il nous montre :




Là, nous sommes censés être à Tawurgha, en tout cas à quelque distance du bourg, dont on voit des maisons en flammes. Deux véhicules tout au plus dans le champ. J'en déduis que les rebelles sont derrière la caméra et pas devant. Pour preuve, ce plan, qui voit des pick-ups remplis de rebelles se déplaçant toujours à bonne distance de la bourgade.




Laquelle bourgade voit une partie de ses bâtiments brûler avec un fort dégagement de fumée, toutes choses qui ne peuvent avoir été provoquées que par un bombardement d'envergure, par une aviation, car sur les pick-ups des rebelles, il n'y a rien qui ressemble à un armement lourd.




Quant au reporter, au moment où il intervient à l'image, nous sommes toujours à bonne distance du bourg, dont il précise qu'il vient d'être bombardé par l'OTAN.



Et ce n'est que consécutivement aux bombardements de la force internationale censée opérer pour sauver des civils (... to protect civilians..., cf. Résolution 1973) que les rebelles investissent la ville. Laquelle ville est bien favorable au régime libyen, comme le prouve ce drapeau vert.



Nous voilà à l'intérieur du bourg, dont nous constatons qu'il est absolument vide de tout habitant, hormis cette Égyptienne visiblement terrorisée.



Et voilà qu'on nous présente un "opposition commander". Et si les images ont été montées dans l'ordre chronologique, constatons que le commander n'a pas encore daigné mettre les pieds dans la ville que lui et ses hommes sont censés avoir capturée, puisque l'interview se déroule visiblement à bonne distance du bourg.



Il me semble que c'est assez clair, non ? Que les rebelles n'ont jamais pris cette ville et qu'ils ne sont là qu'à la faveur des bombardements de l'OTAN sur des populations civiles dans le but de les faire déguerpir de la ville.

Maintenant, à chaque fois que vous entendrez à la radio ou à la télévision ou lirez dans le journal que "les rebelles se sont emparés de telle localité en Libye.", vous saurez que c'est entièrement faux, et que seuls les bombardements criminels de l'OTAN sur des populations civiles auront rendu la chose possible, pour un temps limité seulement, faute d'une présence massive au sol des barbouzes de l'OTAN.

Pour mémoire, le "plan d'occupation des sols", en Libye, repose sur des bases tribales. Cette localité de Tawurgha, comme toutes les autres, se trouve sur le territoire d'une tribu et est, par conséquent, placée sous le contrôle de cette dernière, que l'OTAN a prétendu évincer des ses terres au profit du CNT, et je doute fort que cela passe comme une lettre à la poste. En clair, il faudrait aux harkis de Benghazi des milliers de soudards lourdement armés pour pouvoir empêcher la tribu responsable de ces lieux de reprendre son bien, à moins que les avions de l'OTAN ne bombardent cette localité tous les jours (ça fait beaucoup de localités à bombarder, dites donc, quand on voit la superficie du pays !). Autant dire que les harkis de Benghazi n'ont aucune possibilité de contrôler militairement cet immense pays, contrairement à Kadhafi, qui a tendu, là, un piège mortel à ses ennemis !

Ben oui, le bougre a de la ressource ! Malin comme il est, et compte tenu du déséquilibre entre cet immense pays et un peuplement bien malingre, Kadhafi a compris très vite qu'il lui fallait ruser. Le pouvoir central libyen s'est donc accordé avec les tribus ancestrales sur un modus vivendi, leur octroyant une large autonomie d'action sur leur territoire, histoire de maintenir un climat de bonne collégialité entre toutes ces populations disparates (il n'y a aucune frontière inscrite sur le sol !), entre Bédouins peu à très arabisés au Nord, et Noirs presque bantous au Sud, entre nomades, éleveurs et agriculteurs... Un équilibre tribal assez acrobatique - surtout après la découverte et le début de l'exploitation du pétrole ! - que Kadhafi a réussi à conserver, là où tous ses voisins ont échoué : voyez les guerres interminables qui opposent, depuis des lustres, les gouvernements centraux - je veux dire très centralisés - de la région (Soudan, Ethiopie, Tchad, Niger, Mali, Mauritanie, voire Algérie...) avec leurs nomades ou tribus de l'arrière-pays.

Voyez comment cela a conduit à des sécessions et à des partitions de territoires, comme en Ethiopie naguère, et au Soudan récemment ! Voyez encore la facilité avec laquelle AQMI s'est installé au Niger, au Mali ou en Mauritanie, en s'alliant avec des tribus rebelles au gouvernement central.

Rien de tout ça en Libye, où la quasi totalité des tribus tiennent bon aux côtés du gouvernement de Tripoli. 

C'est aussi pour avoir négligé ce détail que les envahisseurs - ces pauvres crétins ! - vont perdre cette guerre !


Lien : à visiter sans faute, le blog de Leonor. Cette Espagnole est vraiment gonflée ! Vous découvrirez sur le blog cette étonnante interview d'un intellectuel originaire de Benghazi, et qui annonce la défaite de l'OTAN. ¡Increíble!

(...) Even for me, a Benghazian to the bone, Qadhafi, a Bedouin from Sirte, today has become a symbol of national unity, the only one whose name unites thousands of different people who are ready to fight against the aggressors. After the war, let's see...

Consulter également : Majer ou les massacres que l'OTAN, la "CPI" et la grande presse auront du mal à escamoter.



Liens (nouveaux) :  1  -  2  -  3  -  4  -   -  6  

mardi 11 octobre 2011

Libye: contre l'agression coloniale de l'ONU-OTAN, appel au boycott


 Un milliard d'Africains...

Nous avons ci-dessous la carte des principaux pays engagés actuellement dans une guerre d'agression coloniale contre l'Afrique. (Link for translation below. Enlace para la traducción abajo)




Ci-dessous une première liste de produits dont les ventes devraient bientôt s'effondrer dans toute l'Afrique...

















Audi, BMW, Cadillac, Chrysler, Citroen, Daimler-Benz, Fiat, Ford, General Motors, Opel, Peugeot, Porsche, Renault, Seat, Volkswagen, etc.