Translate

mercredi 28 septembre 2011

Les crimes de l'ONU-OTAN contre l'Humanité. Revue de la presse internationale : El País sur la sale guerre en Libye

Dans la rubrique "Ah tout de même !", voilà qu'un médium de l'ancien temps, sorti tout droit du 19ème siècle, je veux dire un organe de la presse écrite, le quotidien espagnol El País, sort de la guimauve et de la tambouille tiédasse servie jusqu'à maintenant par la vile et vieille presse au service de la propagande de l'Otan.

Il faut croire que d'aucuns commencent à avoir des scrupules - vous savez ?, "l'oeil était dans la tombe et regardait Caïn." (Victor Hugo) -, à en juger par ce papier...


"Je n'avais encore jamais vu de guerre plus sale !"

Description par des "insiders" (habitants de Syrte) de la campagne génocidaire menée par les troupes de l'ONU-OTAN contre des civils en Libye, campagne qui aurait valu à Goering, Keitel, Kaltenbrunner, Streicher... et autres Seyss-Inquart de se retrouver devant un tribunal spécial, à Nuremberg par exemple.

Pour ceux qui lisent l'espagnol : El País.

Pour les autres : voir la traduction...


lundi 26 septembre 2011

Quand la presse "ancienne manière" se déshonore en Libye : l'exemple du petit quotidien français "Libération"

Dans la rubrique "Et si Goebbels et MacLuhan avaient connu l'Internet ?"


À propos des quatre âges des média (un médium, des média):

  • 1er âge : radio trottoir, le tam-tam africain et le téléphone arabe ;
  • 2ème âge : la presse écrite, née en Europe grâce à Gutenberg et popularisée au 19ème siècle ;
  • 3ème âge : radio et télévision, nées au 20ème siècle ;
  • 4ème âge : le médium par excellence du 21ème siècle : l'Internet et l'avènement de la démocratie directe.

Pour l'essentiel, presse écrite, radio et télévision sont donc de vieux média inventés au cours des siècles derniers ; c'est dire le retard à l'allumage face à un outil aussi performant que l'Internet, notamment en matière de propagande.

Prenez ce petit quotidien français qu'est Libération, créé sous l'égide de Jean-Paul Sartre (pauvre Sartre !) et souvent mis sous perfusion financière. Combien d'acheteurs quotidiens ? Je doute qu'ils atteignent les 300.000 ! 

Mais il faut croire que Libération a décidé de perdre les derniers lecteurs qui lui restaient !

Pour ma part, je me suis offert un exemplaire de ce journal, le premier que j'achète en près de six mois (!) - moi qui n'achète quasiment plus aucun journal ! -, par pure curiosité, et j'y ai déniché ce papier sur Sebha, signé Luc Mathieu. Il y est question  - comme dans 98 % de ce qu'on appelle, stupidemement et à tort, la presse "main stream", dès lors qu'elle n'a plus rien de "main" - d'une victoire des rebelles, je veux dire des "révolutionnaires" du CNT.

Ai-je besoin de vous dire que j'ai trouvé cet article affligeant,  stupide et mensonger, comme rédigé par un émule de Goebbels ? Et pour vous en convaincre, j'ai choisi d'en faire une petite analyse, comme on le faisait autrefois à l'école. Les chiffres entre parenthèses sont de mon fait et appellent des commentaires, que je livrerai plus tard.

Ce papier aurait pu être rédigé par des officiers traitants chargés de la propagande près de l'OTAN. Mais peut-être l'a-t-il été effectivement, Luc Mathieu n'étant que le pseudonyme d'un agent des services spéciaux...! À titre de comparaison, je livre ci-dessous une traduction de la situation à Sebha telle que rapportée par une source installée en Libye.

Donc, commentaires à suivre... À titre préliminaire, je vous invite à bien lire le texte de monsieur Mathieu, et à dénombrer les occurrences du mot "OTAN" (Organisation 'militaire' du Traité de l'Atlantique Nord)!


Sebha, prise précieuse pour la rébellion

LIBYE Cette conquête (1) dans le sud du pays libère des forces pour arracher les derniers bastions kadhafistes (2).

La bataille de Sebha aura finalement duré moins d'une semaine (3). Alors que les rebelles ne parviennent toujours pas à prendre les bastions kadhafistes de Bani Walid et de Syrte, ils se sont emparés hier (4), sans difficulté, de la grande ville du sud libyen, à 700 kilomètres de la capitale Tripoli. "Nous contrôlons la totalité de Sebha. Tout le monde, y compris ceux qui supportaient Kadhafi, a rejoint la révolution", a déclaré Abdelmajid Seif Ennasr, représentant du Conseil national de transition (CNT) (5). Selon lui, seuls "quelques individus, ici et là, refusent de se rendre. Les révolutionnaires (6) tiennent désormais le centre ville (7), après s'être emparés, mardi, de l'aéroport et de la principale caserne de la région. D'après Mohamed Wardugu (8), porte-parole des forces rebelles à Sebha, 150 soldats loyalistes ont été capturés. Environ 300 mercenaires auraient réussi à s'enfuir.

Refuge. Cette victoire (9) revêt avant tout un intérêt stratégique : perdue au milieu du désert (10), la ville est le principal point de passage pour accéder aux zones frontalières du Niger. C'est par là que, dernièrement, sont passés les dignitaires du régime, dont Saadi, l'un des fils de Muammar al-Kadhafi, pour rejoindre Niamey, la capitale nigérienne.

Ville symbolique du pouvoir libyen - Kadhafi y avait lancé en 1977 la Jamahiriya, l'"état (11) des masses"-, Sebha aurait aussi servi de refuge pour des responsables chassés de la capitale. "Nous avons des informations sûres selon lesquelles Abdallah al-Senoussi [ancien chef des services secrets, aujourd'hui visé par un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale, ndlr] se cache dans la région. Il y a organisé très récemment des funérailles pour sa mère", expliquait, il y a une semaine à Tripoli, le "colonel" Bashir el-Hadi Awidat, chef de la katiba ("brigade") de Sebha. Des sources rebelles affirment aussi que Kadhafi se trouverait dans les zones désertiques au sud de la ville. Sur le plan économique, la prise de Sebha donne aux rebelles (12) le contrôle de larges champs pétrolifères (représentant 15 % des réserves libyennes) et d'importantes nappes phréatiques permettant de sécuriser l'approvisionnement en eau du pays.

Snipers. Surtout, au niveau militaire, les révolutionnaires peuvent désormais concentrer leurs forces sur les deux derniers principaux bastions kadhafistes (13). Bani Walid, à 180 kilomètres au sud de Tripoli, continuait, hier, de résister. Les rebelles y restent désorganisés, les combattants originaires de la ville réclamant de mener seuls les assauts tandis que le CNT tente une solution négociée. Syrte, où des snipers bloquent les tentatives d'avancée, à 450 kilomètres de la capitale, résiste également toujours aux (14) révolutionnaires. Au moins 45 combattants y ont été tués et plus de 200 blessés depuis jeudi dernier.

LUC MATHIEU



Sebha, telle que décrite sur le site leonorenlibia (26 septembre 2011)

Actuellement, Sabha est devenue une ville fantôme car quand l’OTAN a commencé à lancer des missiles sur la ville, suivis par les hélicoptères, la plupart des gens sont partis vers d'autres lieux où ils avaient de la famille et où ils pouvaient se réfugier. En ce moment, il n’y a à Sabha ni femmes ni enfants.

Les rebelles armés venus de Tripoli et du Nord sont arrivés à Sabha protégés par les bombardements de l'Otan, mais la plupart sont déjà retournés à Tripoli et ils ont déclaré ne plus vouloir redescendre dans le sud.

On voit des véhicules incendiés, des cadavres. Mais maintenant, dans la journée, les choses sont apparemment calmes ; quelques magasins sont ouverts, avec certains aliments de base comme le lait, l'eau en bouteille, du savon. 

On voit beaucoup de drapeaux tricolores dans certains secteurs et des drapeaux verts dans d'autres.

L'OTAN a bombardé toutes les entreprises et usines de Sebha, tous les édifices gouvernementaux, les universités et les collèges, par exemple l’usine de plastique ou le grand garage automobile.

Ils ont bombardé des zones d’habitation. Ces zones deviennent très dangereuses et du coup, les gens les désertent.

Ils ont tout volé, même le matériel de l’entreprise Caterpillar. Ils sont allés jusqu’à dérober les choses les plus étonnantes comme le camion des pompiers dont ils ont refait la peinture et sont partis avec. 

Ils entrent dans les hôtels  et volent et détruisent tout à l'intérieur.

Ils sont entrés dans la demeure du leader libyen et de sa famille et l’ont vidée.

Le gouvernement a installé des fermes sur des terres arrachées au désert où l’on produit des légumes et de la viande que la population peut se procurer à un prix modique. Ils sont entrés dans les fermes du gouvernement et ont dérobé des véhicules, des machines, des pompes à eau. Même les animaux ont été tués et ils ont vendu la viande aux habitants.

Ils ont volé des appareils d’arrosage particulièrement sophitiqués et comme preuve de leur perversion extrême, ils ont incendié les semences destinées à l'agriculture. 

Ils sont entrés dans le bureau des passeports et ont brûlé toutes les archives au point que l’on ne pourrait pas dire aujourd’hui qui est libyen ou non.

Ils ont mis le feu aux bureaux de la police où l’on archivait les cartes grises de manière à ce qu’il n’y ait aucune trace de la propriété des véhicules volés.

On avait entrepris de construire à Sabha un nouveau quartier destiné aux grandes entreprises et à leurs machines et productions, comme les toilettes, les planchers, les robinets et ainsi de suite. Il y avait tout particulièrement une société indienne qui avait entrepris la construction de 6000 maisons qu’elle avait presque terminées. Du matériel avait été entreposé dans des réserves et tout a été volé.

Ils ont mis en place une mafia du vol. C'est une mafia soutenue par quelques traîtres de Sabha même.

Toutes ces informations, directement fournies par des témoins oculaires, nous laissent à penser qu'il y a un plan clair visant à la destruction totale du pays.

Depuis les airs, l’organisation armée qu’est l’OTAN bombarde tous les bâtiments qui peuvent être des usines, des antennes de communication, des postes de haute tension et ainsi de suite. Et au sol, ils volent, tuent et détruisent.

S'il y avait un seul moyen de communication pour témoigner de la vérité sur ce qui se passe ici, le monde saurait qu’on est en train de dévaster un pays et d’y réaliser un véritable génocide.

Les rebelles arrivent dans les villes et tandis qu'ils volent, tuent et que les bombes détruisent, ils s’en vont en disant aux gens qu'ils leur apportent la liberté, qu’ils leur donneront beaucoup d'argent, qu'il y aura de la liberté pour la presse et ainsi de suite. Et pendant qu’ils racontent cela, ils tuent, coupent tous les moyens de communication pour que les gens ne puissent pas témoigner ni communiquer entre eux. Inutile d’évoquer la moindre contradiction entre les paroles et les actes. Les Libyens voient bien ce qui se passe et ont comme exemple la ville de Benghazi qui, depuis des mois, s’est transformée en ville fantôme.

Ils parlent de liberté mais ne font que tuer, menacer ou enfermer.

Ils parlent de démocratie et volent, tuent tous ceux qui soutiennent le gouvernement de Libye. Où est le respect pour les idées et pour l'opposition ? 


Commentaires : entre nous, la simple juxtaposition des papiers de Luc Mathieu et de Leonor se passe presque de commentaires, non ? Et comme avec la presse écrite, nous avons affaire à un médium plutôt lourdingue, et gageons que M. Mathieu aurait le plus grand mal à ré-écrire le même papier deux jours plus tard quand on sait que les tribus touareg sont en train de s'organiser à partir de tout le Sahara (Mali, Niger, Algérie, etc.) pour prêter main forte aux frères libyens. Ce qui va justifier les observations qui suivent :

(01) cette conquête : quelle conquête ? Les harkis de Benghazi ont-il seulement conquis une seule ville en Libye ? 

(02) les derniers bastions kadhafistes : visiblement, notre écrivailleur aimerait nous faire croire que le CNT contrôlerait l'ensemble du territoire libyen, un territoire grand comme trois fois l'Afghanistan, alors que les Américains et leurs supplétifs en Afghanistan ont le plus grand mal à venir à bout des Talibans ! Vous n'êtes pas morts de rire en lisant de telles conneries ?

(03) la bataille de Sebha aura finalement duré moins d'une semaine : un journaliste honnête aurait précisé que les bombardements de la coalition des envahisseurs ont duré autour d'une semaine !

(04) ils se sont emparés hier, sans difficulté : sans commentaires !

(05) Nous contrôlons la totalité de Sebha : juste risible ! Vous aurez quand même remarqué que l'essentiel de l'information provient des harkis du CNT, dont le "journaliste" se contente d'être le porte-parole !

(06) les révolutionnaires : ah ! Ce serait donc une "révolution" !

(07) tiennent désormais le centre ville : comme à l'item (05) : ce sont eux qui le disent ! Mais voyez ce même item 05, où il est question du contrôle de la totalité de la ville !

(08) d'après Mohamed Wardugu, porte-parole des forces rebelles à Sebha, 150 soldats loyalistes (…) capturés... Le journaliste porte-parole du CNT n'a visiblement pas cherché à vérifier que des soldats "loyalistes" aient bien été faits prisonniers, et non pas simplement exécutés. M. Mathieu n'est pas curieux, à moins qu'il ait écrit son papier sans aller sur place !

(09) cette victoire revêt avant tout un intérêt stratégique. Pour la "victoire", nous savons qu'il n'en est rien. Quant à la stratégie, voyez l'item suivant.

(10) perdue au milieu du désert : justement, étrange stratégie de la coalition occidentale que d'amener ses harkis ici, si loin de leurs bases, sans ravitaillement ni soutien logistique, en pleine terre bédouine, où les tribus du coin n'auraient aucun mal à les encercler. Rappelons que les harkis de Benghazi sont des citadins, pas des gens du désert.

(11) la Jamahiriya, l'"état des masses" : il semble bien qu'il eût fallu écrire ici : État et non pas état !

(12) la prise de Sebha donne aux rebelles le contrôle de larges champs pétrolifères… d'importantes nappes phréatiques : la prise de Sebha... Ça se passe presque de commentaires ! Quant aux champs pétrolifères et aux nappes phréatiques, tout le monde sait qu'ils se trouvent en terres tribales, ce que M. Mathieu ne doit pas trop bien comprendre.

(13) les deux derniers principaux bastions kadhafistes : ça s'appelle une redondance (voir item 02) ; autant dire qu'on tourne en rond !

(14) résiste également toujours aux révolutionnaires : revoilà la dénomination "révolutionnaires", alors même qu'à l'item 12, ce ne sont que des rebelles. Mais dites donc, on pensait que le CNT était désormais le pouvoir légal en Libye. Alors, rebelles contre qui ?

Question : vous pariez combien que ce mauvais papier, signé Luc Mathieu, n'a pas été rédigé par un journaliste, mais par un vulgaire écrivailleur préposé à la fabrication de fausses informations auprès des services de la propagande de l'ONU-OTAN ?

Autre chose...

Source : leonorenlibia

samedi 24 septembre 2011

Lettre ouverte à Malia et Natasha Obama

Chères Malia et Natasha,

Quel que soit le mal que je pense de la politique de votre père, le président des Etats-Unis d'Amérique, j'ai passé beaucoup trop de temps avec des enfants de votre âge pour m'abaisser à dire du mal de quelqu'un à son environnement proche, surtout à des enfants. Cela dit, vous êtes plus près d'être des adolescentes que des enfants. Du coup, j'ai moins de scrupules !



Permettez-moi tout d'abord de vous dire que je garde un souvenir particulièrement positif du président Jimmy Carter, pour moi le dernier grand président américain, souvent raillé pour son manque de charisme et surtout vilipendé à la suite de la catastrophe consécutive à la prise d'otages de l'ambassade américaine à Téhéran, la tentative américaine de libérer les otages s'étant achevée en fiasco.

Depuis, le président James Carter jouit dans le monde entier d'un prestige considérable dont beaucoup de dirigeants actuels ne peuvent que rêver ! On l'a vu ici et là, jouant les "monsieur bons offices", notamment lors de la libération d'un ressortissant américain détenu en Birmanie. Il est aussi l'auteur d'un pamphlet récent, condamnant en des termes clairs la politique d'Apartheid conduite actuellement par la puissance occupante en Palestine.

Parce que Jimmy Carter est un homme d'honneur, particulièrement courageux, et qui (a) fait honneur à la politique et à la fonction de chef d'État.

Tout le monde ne peut pas en dire autant.

On imagine mal Jimmy Carter validant une agression coloniale et raciste en Afrique.

Chères Malia et Natasha, je n'ai nullement besoin de dénigrer la politique internationale de votre père ; il s'en chargera bien tout seul.

Mais ce dont je suis certain, c'est qu'il risque fort de se faire aider par pas mal de monde. Et comme je connais bien les enfants, je vous imagine devant subir des quolibets glissés à l'oreille par des camarades, sur le ton de la confidence, dans le genre de ceci: "Alors, mademoiselle O., est-ce que tu sais que ton père aide en ce moment-même les amis d'Al Qaeda en Libye, où ils massacrent plein de noirs ?", ou encore : "Tu sais que des travailleurs immigrés africains se font attaquer et assassiner par les nouveaux amis de ton père en Libye ?", ou encore : "Demande donc à ton père où sont passés les habitants de Tawurgha, cette ville libyenne peuplée d'une majorité de noirs descendants d'esclaves !", ou encore : "Dis donc, est-ce que tu as une idée des montagnes d'armes  livrées par l'Occident et récupérées par Al Qaeda en Libye, et qui risquent d'aller tuer des Occidentaux en Afghanistan ou en Irak ? Comment ? Ton père ne t'a donc rien dit ?", etc.

Et je vous imagine rentrant en pleurs de l'école, et demandant à votre maman : "Dis maman, est-ce que papa aide actuellement des massacreurs de nègres en Libye ?"

Mais plutôt que d'importuner votre mère, posez donc directement la question à votre père !

Je lui souhaite d'être convainquant !

Il vous répondra qu'il fallait empêcher l'armée de Kadhafi de massacrer son propre peuple et vous ressortira toute la litanie des mensonges proférés par Human Rights Watch, Amnesty International ou l'autre idiot de procureur de la Cour Pénale Internationale. Alors, vous lui demanderez pourquoi ne pas avoir envoyé des casques bleus dans l'Est de la Libye, alors que l'ONU l'a fait un peu partout ! Vous lui demanderez aussi pourquoi Brega, ville de l'Est, donc en principe, favorable aux "rebelles", et sous occupation "kadhafiste", ne s'est jamais soulevée en faveur des "libérateurs" du CNT.

Et puisque vous êtes suffisamment grandes maintenant pour vous faire une opinion par vous-mêmes, notamment grâce à l'Internet, demandez donc à votre père ce que visait l'OTAN en bombardant des sites comme ceux reproduits plus bas : des habitations, des hôpitaux, des écoles ; et demandez-lui aussi où est passée la résolution 1973 du Conseil de Sécurité - vous savez ?, à propos de la protection des civils - à Syrte et à Bani Walid.















Les faits sont là : une campagne de destruction de populations civiles, d'habitations, de routes et d'hôpitaux, ainsi que des pogroms génocidaires contre des Noirs est conduite depuis des mois en Libye, avec le parrainage des Etats-Unis d'Amérique, dont le président est le descendant d'un immigré africain. Cet homme n'est autre que votre père.

Et comment oublier la Palestine ? Chères Malia et Sasha, savez-vous seulement combien d'enfants palestiniens croupissent actuellement en déportation dans les geôles israéliennes - je dis bien "EN DÉPORTATION", le terme juridique appliqué à toute personne arrachée de sa terre par la force - ? Et savez-vous combien d'enfants palestiniens ne peuvent se rendre à l'école par la faute des occupants ? Connaissez-vous l'histoire de ce médecin palestinien dont la maison a été éventrée par un tir d'obus qui lui a tué trois de ses cinq filles ? Et savez-vous encore combien de milliers d'enfants palestiniens sont morts ou ont été mutilés par les Einsatzgruppen de l'occupant durant les deux Intifada ? 









Ces images d'enfants souffrant le martyr sur leur terre, par la faute d'une armée d'occupation, me font irrésistiblement penser à une célèbre image d'enfants, pris avec leurs parents dans... une rafle, par exemple. Demandez donc à vos parents de vous commenter l'image qui suit.



Mais au fait, savez-vous seulement où sont majoritairement fabriquées les armes (notamment les hélicoptères) utilisées par l'occupant pour massacrer la population de Palestine ?

Votre père doit bien le savoir, lui qui est si ami avec Netanyahu.

En passant, demandez aussi à votre père de vous rappeler le contenu des nombreuses résolutions de l'ONU - qu'il s'agisse du Conseil de Sécurité que de l'Assemblée Générale - contre l'occupant colonisant les terres de Palestine.

Peut-être serez-vous tout à fait convaincues par les explications qui vous seront fournies par votre père. Je sais qu'il a le don de fabriquer de fort belles phrases pour captiver son auditoire, comme lors de l'annonce de la mort supposée de Ben Laden. Étrange tout de même qu'on n'ait pas jugé utile de le ramener... vivant !

Mais comme je connais bien l'univers des enfants, je crains que le plus gros échec de Barack Hussain Obama ne soit visible bientôt, dans le regard de ses propres filles, mais ça, c'est son problème !



Liens :   1  -  2  -  3  -  4  -  5  




P. S. 01 

Chères Malia et Sasha, votre père et ses conseillers en communication pensent sans doute que ce qui ne passe pas dans le New York Times ni sur CNN, AlJazeera ou FoxNews n'existe pas... Quelle erreur ! Les crimes de guerre et contre les droits humains commis par l'ONU-OTAN et leurs larbins en Libye sont partout visibles... grâce à l'Internet, lequel est devenu le vrai "main stream medium" !

La preuve ! 



P. S. 02 (Source)


You might rob me of my last inches of land…
And throw my youth to years of imprisonment…
You might put out a flame in my darkest night…
And deprive me of my mother’s kiss…
You might rob me of a fragment of my dreams…
And deprive our children of the joy of celebrating a Eid with new clothes..
You might build around me walls and walls, enemy of the sun..!
But, I will never compromise..!
And to the very last pulse in my veins, I will fight..!



lundi 19 septembre 2011

Victor Hugo ou quand la France avait encore de grands Hommes. Cuando Francia tenía todavía grandes personalidades. Anno dazumal, als Frankreich noch grosse Persönlichkeiten hatte. As France still had got great people


(English version available ; link below. Deutsche Uebersetzung, siehe Bindung unten. Traducción en castellano: enlace abajo)


Ce qui suit a déjà été publié ailleurs (ben oui, j'anime une petite flopée de blogs !). Et, pour une fois, il ne sera pas question de la Libye, quoique... Il est question de barbarie, d'une barbarie à laquelle la France a prêté son concours. Tiens, en passant (rajouté au 22.09.11), le texte de Victor Hugo en a secoué plus d'un(e), si j'en juge par l'explosion du nombre de lecteurs un peu partout. Il faut dire que le grand public connaît le poète, romancier et dramaturge, moins le polémiste, et ce texte est assez rare, voire moins connu que le "J'accuse !" de Zola... Voilà, je ne suis pas mécontent de vous l'avoir fait connaître. Et je suis bien sensible au fait que l'immense majorité de mon lectorat est fait de personnes intelligentes, qui veulent lire des choses chargées de sens, à une époque où l'Internet se remplit malheureusement de tant de blabla !

Voilà qui va nous rappeler ces temps pas si anciens que ça, où la France comptait encore de grands hommes, à l'image de Victor Hugo ou d'Emile Zola... Mais, plus près de nous, il y eut Albert Schweitzer, Théodor Monod et des tas d'autres avant eux : Jean Moulin, Pierre-Brossolette, le colonel Rol-Tanguy et tous ces courageux résistants de la période 1940-1944.

Aujourd'hui, la France se lance dans une entreprise criminelle dans un pays peuplé d'à peine six millions d'habitants, le tout  au vu et au su de tout le monde, et personne ne bouge, je veux dire personne ayant un nom : aucun "responsable politique", hormis Marine Le Pen, qui ne manque pas de panache en l'occurrence. Mais à gauche, rien ! Ne parlons pas du monde de nos stars médiatiques...

Pauvre Victor Hugo, pauvre Emile Zola, pauvre Albert Schweitzer, pauvre Théodor Monod..., pauvres héros de la résistance contre le nazisme. Votre pays n'est visiblement plus peuplé que d'un ramassis de veaux et de nouilles !


"Devant l'histoire, l'un des deux bandits s'appellera la France, l'autre s'appellera l'Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m'en donner l'occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais." (Victor Hugo)  

L'empereur Xianfeng est en fuite. Il a abandonné Pékin aux troupes anglo-françaises qui, le 6 octobre 1860, envahissent sa résidence d'été, d'une beauté exceptionnelle, la saccagent, la dévastent. Ce pillage, qui marquera la seconde guerre de l'opium, indigne certains témoins occidentaux. Victor Hugo, lui, ne connaît cette « merveille du monde » qu'à travers le récit des voyageurs, mais, d'emblée, il prend le parti des civilisés, les Chinois, contre les barbares. 


Hauteville House, 25 novembre 1861 

Vous me demandez mon avis, monsieur, sur l'expédition de Chine. Vous trouvez cette expédition honorable et belle, et vous êtes assez bon pour attacher quelque prix à mon sentiment ; selon vous, l'expédition de Chine, faite sous le double pavillon de la reine Victoria et de l'empereur Napoléon, est une gloire à partager entre la France et l'Angleterre, et vous désirez savoir quelle est la quantité d'approbation que je crois pouvoir donner à cette victoire anglaise et française. 

Puisque vous voulez connaître mon avis, le voici : 

ll y avait, dans un coin du monde, une merveille du monde ; cette merveille s'appelait le Palais d'été. L'art a deux principes, l'Idée qui produit l'art européen, et la Chimère qui produit l'art oriental. Le Palais d'été était à l'art chimérique ce que le Parthénon est à l'art idéal. Tout ce que peut enfanter l'imagination d'un peuple presque extra-humain était là. Ce n'était pas, comme le Parthénon, une œuvre rare et unique ; c'était une sorte d'énorme modèle de la chimère, si la chimère peut avoir un modèle. 

Imaginez on ne sait quelle construction inexprimable, quelque chose comme un édifice lunaire, et vous aurez le Palais d'été. Bâtissez un songe avec du marbre, du jade, du bronze, de la porcelaine, charpentez-le en bois de cèdre, couvrez-le de pierreries, drapez-le de soie, faites-le ici sanctuaire, là harem, là citadelle, mettez-y des dieux, mettez-y des monstres, vernissez-le, émaillez-le, dorez-le, fardez-le, faites construire par des architectes qui soient des poètes les mille et un rêves des mille et une nuits, ajoutez des jardins, des bassins, des jaillissements d'eau et d'écume, des cygnes, des ibis, des paons, supposez en un mot une sorte d'éblouissante caverne de la fantaisie humaine ayant une figure de temple et de palais, c'était là ce monument. Il avait fallu, pour le créer, le lent travail de deux générations. Cet édifice, qui avait l'énormité d'une ville, avait été bâti par les siècles, pour qui ? pour les peuples. Car ce que fait le temps appartient à l'homme. Les artistes, les poètes, les philosophes, connaissaient le Palais d'été ; Voltaire en parle. On disait : le Parthénon en Grèce, les Pyramides en Egypte, le Colisée à Rome, Notre-Dame à Paris, le Palais d'été en Orient. Si on ne le voyait pas, on le rêvait. C'était une sorte d'effrayant chef-d'œuvre inconnu entrevu au loin dans on ne sait quel crépuscule, comme une silhouette de la civilisation d'Asie sur l'horizon de la civilisation d'Europe. 

Cette merveille a disparu. 

Un jour, deux bandits sont entrés dans le Palais d'été . L'un a pillé, l'autre a incendié. La victoire peut être une voleuse, à ce qu'il paraît. Une dévastation en grand du Palais d'été s'est faite de compte à demi entre les deux vainqueurs. On voit mêlé à tout cela le nom d'Elgin, qui a la propriété fatale de rappeler le Parthénon. Ce qu'on avait fait au Parthénon, on l'a fait au Palais d'été, plus complètement et mieux, de manière à ne rien laisser. Tous les trésors de toutes nos cathédrales réunies n'égaleraient pas ce splendide et formidable musée de l'orient. Il n'y avait pas seulement là des chefs-d'œuvre d'art, il y avait un entassement d'orfèvreries. Grand exploit, bonne aubaine. L'un des deux vainqueurs a empli ses poches, ce que voyant, l'autre a empli ses coffres ; et l'on est revenu en Europe, bras dessus, bras dessous, en riant. Telle est l'histoire des deux bandits. 

Nous, Européens, nous sommes les civilisés, et pour nous, les Chinois sont les barbares. Voila ce que la civilisation a fait à la barbarie. 

Devant l'histoire, l'un des deux bandits s'appellera la France, l'autre s'appellera l'Angleterre. Mais je proteste, et je vous remercie de m'en donner l'occasion ; les crimes de ceux qui mènent ne sont pas la faute de ceux qui sont menés ; les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais. 

L'empire français a empoché la moitié de cette victoire et il étale aujourd'hui avec une sorte de naïveté de propriétaire, le splendide bric-à-brac du Palais d'été . 

J'espère qu'un jour viendra où la France, délivrée et nettoyée, renverra ce butin à la Chine spoliée. 

En attendant, il y a un vol et deux voleurs, je le constate. 

Telle est, monsieur, la quantité d'approbation que je donne à l'expédition.


Victor Hugo 



Je dois vous avouer que ce texte magistral me fait penser à un grand Antillais, je veux dire, un grand homme, un grand écrivain au style aussi flamboyant que celui de Hugo : j'ai nommé le regretté Aimé Césaire !

Observation : "... les gouvernements sont quelquefois des bandits, les peuples jamais.". Ouais ! Ça se discute ! Parce que Victor Hugo écrit depuis son exil dans les Îles anglo-normandes (Guernesey), et la France vit sous la dictature de Napoléon... Le Petit. L'irresponsabilité des peuples évoquée par Hugo ne vaut, donc, qu'en régime de dictature. Aujourd'hui, les pays du monde dit civilisé sont des démocraties, avec pouvoir au peuple. Ce dernier est donc responsable et co-comptable des crimes commis par ses dirigeants en son nom.

En attendant, une agression coloniale particulièrement sordide car directement inspirée du travail des Einsatzgruppen nazis dans l'est de l'Europe (1941-1944) se poursuit en Libye, dans le silence de ce qu'en France et en Occident on appelle "l'intelligensia". Pauvre intelligentsia ! 

Liens :  1  -  2


English - Deutsch - Castellano

samedi 17 septembre 2011

Une arithmétique de la honte : l'occident judéo-chrétien en Libye, entre barbarie et humiliation

Dans la rubrique : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même", le dernier avatar en date de la psychopathologie du monde occidental.



Libye : 5.5 millions d'habitants moins quelques dizaines de milliers de harkis



OTAN : près de 600 millions d'habitants

5.5 / 600 = 1 / 109

Une arithmétique de la honte et de l'ignominie


mardi 13 septembre 2011

Un milliard d'Africains solidaires du peuple frère de Libye. Appel au boycott


 Un milliard d'Africains...

Nous avons ci-dessous la carte des principaux pays engagés actuellement dans une guerre d'agression coloniale contre l'Afrique. (Link for translation below. Enlace para la traducción abajo)




Ci-dessous une première liste de produits dont les ventes devraient bientôt s'effondrer dans toute l'Afrique...

















Audi, BMW, Cadillac, Chrysler, Citroen, Daimler-Benz, Fiat, Ford, General Motors, Opel, Peugeot, Porsche, Renault, Seat, Volkswagen, etc.


samedi 10 septembre 2011

Barack Obama's personal Klu Klux Klan in Libya. Obamas persönlicher Klu Klux Klan in Libyen. Quand Obama s'allie à des racistes anti-nègres en Libye. Obama suportando anti-negros en Libya

Ce texte sera bientôt disponible dans une traduction française. Deutsche Übersetzung folgt bald. Estamos traduciendo el artículo. (Lien ci-dessous. Verbindung unten. Lazo abajo)


Source


(...) Obama’s personal Klu Klux Klan: Al Qaeda!

The US, UK, and France, are capitalist plutocracies (ruled by a few rich). The US is a settler colonial state on the stolen land of the indigenous people which denied Africans, Indigenous People, Women, and landless white indentured servants and settlers, the right to vote for hundreds of years. Today in America an electoral college of imminent private citizens votes for the president, not the people!!!

The US President sends its settler colonial citizens to die in wars throughout the world against the will of its citizens; today the US is fighting four wars.

Britain is ruled by a Queen with no constitution and an unelected House of Lords. Therefore their crusade for democracy contrasts with their own dictatorial practice. Britain calls those rebelling against police terrorism in Britain criminals while calling Al Qaeda in Libya pro democracy forces.

France’s Constitutional Council swears in the President of France, but when the same type of Constitutional Council swore in Laurent Gbagbo in Cote D’Ivoire, France used its military to bomb the Presidential Palace and sent French commandos to capture the Ivorian Head of State and humiliate him and his wife who are currently in captivity today.

This hypocritical behavior demonstrates how the US/NATO can finance, arm, train, provide military air cover for Al Qaeda terrorist. They put a NTC mask on Al Qaeda and instruct nations of the world to recognize it as the Libyan government, imposing it with billions of dollars in bombs while fighting Al Qaeda in Afghanistan. Yes!!!!! The National Transitional Council is Al Qaeda!!!!! They are the CIA trained terrorist organization of Osama Bin Laden. They were initially the Libyan Islamic Fighting Group (LIFG) and

Obama, the US President with a Black African father from Kenya and a Black wife and children is sponsoring a Klu Klux Klan, Apartheid, movement in Libya to murder Black people because of the color of their skin. In fact, if the Al Qaeda terrorist saw Obama, his, wife, or his family in Libya and didn’t know who they were, they would be lynched, raped, and tortured.

White Supremacy has massaged Obama’s head like a baby and now he has the mind of a white supremacist with the body of an African. Al Qaeda is Obama’s personal Klu Klux Klan. This means Africans in America and Africans throughout the world must organize to defend themselves because like Malcolm X said, “[the house slave] identified himself with his master more than the master identifies with himself” and “if the masters house caught on fire, the house slave would fight harder to put the fire [capitalist crisis] out than the master.”

Obama is a 21st century House Slave leading an imperialist and white supremacist invasion of Africa and using an apartheid Klu Klux Klan CIA trained Al Qaeda movement to commit genocide by bombing women, children and babies, and specifically targeting Black Africans for enslavement and genocide.

The African masses must act now!

United Africa is invincible!


Français - Deutsch - Castellano 



vendredi 9 septembre 2011

That is what they call a scoop: guess who is actually doing the killings in Libya? Ça pour un scoop, c'est un scoop: devinez quels sont les vrais exécuteurs en Libye ? Das ist, was sie ein Scoop nennen: raten sie mal wer sind eigentlich die Schlächter von Negern in Libya. Eso es lo que llaman "scoop". ¿Saben Uds quién está haciendo los asesinatos en Libia?

This text is to be translated into German, Spanish, French... Ce texte sera bientôt disponible en version française. Die Übersetzung dieses Artikels erscheint bald. Estamos traduciendo esto artículo en castellano.

A U.S. Congressman visiting Libya with insider's look! And do you know what he actually saw?

Source : Mathaba


U.S. Congressman Witnessed European Special Forces Beheading Libyans

Walter Fauntroy, Feared Dead in Libya, Returns Home -- Guess Who He Saw Doing the Killing?


by Valencia Mohammed


Former U.S. Congressman Walter Fauntroy, who recently returned from a self-sanctioned peace mission to Libya, said he went into hiding for about a month in Libya after witnessing horrifying events in Libya's bloody civil war -- a war that Fauntroy claims is backed by European forces.

Fauntroy's sudden disappearance prompted rumors and news reports that he had been killed.

In an interview inside his Northwest D.C. home last week, the noted civil rights leader, told the Afro that he watched French and Danish troops storm small villages late at night beheading, maiming and killing rebels and loyalists to show them who was in control.

"'What the hell' I'm thinking to myself. I'm getting out of here. So I went in hiding," Fauntroy said.

The rebels told Fauntroy they had been told by the European forces to stay inside. According to Fauntroy, the European forces would tell the rebels, "'Look at what you did." In other words, the French and Danish were ordering the bombings and killings, and giving credit to the rebels.

"The truth about all this will come out later," Fauntroy said.

While in Libya, The former congressman also said he sat down with Libyan leader Moammar Gaddafi for a one-on-one conversation. Gaddafi has ruled Libya since 1969, when he seized power in a military coup.

Fauntroy said he spoke with Gaddafi in person and that Gaddafi assured him that if he survived these attacks, the mission to unite African countries would continue.

"Contrary to what is being reported in the press, from what I heard and observed, more than 90 percent of the Libyan people love Gaddafi," Fauntroy said. "We believe the true mission of the attacks on Gaddafi is to prevent all efforts by African leaders to stop the recolonization of Africa."

Several months ago, Gaddafi's leadership faced its biggest challenge. In February, a radical protest movement called the Arab Spring spread across Libya. When Gaddafi responded by dispatching military and plainclothes paramilitary to the streets to attack demonstrators, it turned into a civil war with the assistance of NATO and the United Nations.

Fauntroy's account could not be immediately verified by the Afro and the U.S. State Department has not substantiated Fauntroy's version of events. Fauntroy was not acting as an official representative of the U.S. in Libya. He returned to Washington, D.C. on Aug. 31.

When rumors spread about Fauntroy being killed he went underground, he told the Afro in an interview. Fauntroy said for more than a month he decided not to contact his family but to continue the mission to speak with African spiritual leaders about a movement to unify Africa despite the Arab uprisings.

"I'm still here," Fauntroy said, pointing to several parts of his body. "I've got all my fingers and toes. I'm extremely lucky to be here."

After blogs and rumors reported Fauntroy had been killed, the congressional office of Del. Eleanor Holmes Norton (D-DC) announced on Aug. 24, that she had been in touch with authorities who confirmed Fauntroy was safely in the care of the International Committee of the Red Cross.

Inside his home, Fauntroy pulled out several memoirs and notebooks to explain why he traveled to Libya at a time when it was going through civil unrest.

"This recent trip to Libya was part of a continuous mission that started under Dr. Martin Luther King Jr. when he gave me orders to join four African countries on the continent with four in the African Diaspora to restore the continent to its pre-colonial status," Fauntroy said.

"We want Africa to be the breadbasket of the world," he said. "Currently, all the major roads in every country throughout Africa lead to ports that take its natural resources and wealth outside the continent to be sold to the European markets."

Meanwhile reports from Tripoli are coming in.

It seems in the last two weeks, rebel fighters have fired more bullets into the air to express their excitement than were shot during the assault on Tripoli earlier in August. But away from "jubilant" crowds we meet those who are not so pleased.

Abdulrakham lives in Tripoli’s Abu Slim district, which has historically been pro-Gaddafi. When the rebels arrived, his sister was badly injured. She is still in hospital in Tunisia.

Abdulrakham does not want to show his face on camera and insists on a hidden location for the interview. He says the revolution has brought much fear in its wake.

“There is no peace. There is no safety in the city. We do not let our children outside when it’s dark. We are afraid. We always wait for something bad,” he tells RT. “When Gaddafi was here, at least we didn’t have to sleep awake, like we do now.”

Abdulrakham says he also wanted change and a brighter future for his country, but not this way.

“People are dying on both sides,” he continues. “The city’s been destroyed – and no one cares! Do they seriously think they changed it for the better? Don’t lie to yourself – just look around! Is this what you wanted?”

And what is around is a scene of widespread destruction and social chaos. The badly damaged buildings matched by the rising stench of garbage and decomposing bodies. Armed youngsters roam the streets, barely old enough to understand that what they carry are weapons, not toys.

Many shops, schools, and hospitals are closed, while the city’s cemeteries are growing bigger.