Translate

jeudi 22 décembre 2011

Salah Hamouri : retour de déportation


Après près de sept années de déportation dans les geôles israéliennes, Salah Hamouri est enfin libre...


Enfin, libre, n'exagérons rien : la Palestine, occupée depuis 1948, reste le plus grand camp de concentration de l'histoire de la barbarie !


Dans la rubrique "Rions un peu", c'est...


1. David Pujadas, petit télégraphiste de la propagande israélienne, notamment lors de l'assaut meurtrier intervenu contre des pacifistes dans les eaux internationales, et que nous payons à coups de taxe audiovisuelle, y va de son "lapsus" parfaitement maîtrisé - en d'autres termes, il ne s'agissait nullement d'un lapsus -, consistant à traiter Hamouri de "soldat franco-palestinien", sans qu'à aucun moment, sa direction ni le fort inutile CSA ne donnent de la voix !  


2. Coïncidence étrange, à moins qu'il ne s'agisse d'un acte délibéré voire concerté de désinformation, c'est David Valverde, sur France Infos, qui y va de son double lapsus - mais était-ce vraiment un lapsus ? - en évoquant la libération de 550 "soldats palestiniens" (France Infos-Intox, Lundi 19 décembre 2011 à 0h35 puis de nouveau à 0h36). 


3. Et cerise sur le gâteau, on a droit à ce jugement de François Hollande, rapporté par l'Humanité, et que je livre tel que reproduit par le quotidien communiste : "Salah Hamouri a été libéré. Je m'en réjouis. Il avait purgé sa peine pour un délit d'intention terroriste depuis le 28 et la prolongation de sa détention n'était pas justifiée."

Il a dit ça Hollande ? À supposer que ces propos soient exacts, on se demande en quoi il lui fallait absolument donner un avis que personne ne lui a réclamé, le Parti  - ultra-pro-israélien - socialiste français n'ayant manifesté aucune sollicitude pour Hamouri durant sa déportation. Dans tous les cas, on aurait là une prose tout à fait dans le style de l'apparatchik socialiste qu'est Hollande : besogneux, tortueux et médiocre. Bref, du Hollande dans le texte !


jeudi 8 décembre 2011

Le vote des étrangers en France : vous avez dit escroquerie ?

Vous connaissez la nouvelle ?

Il paraît que les socialistes français se mobilisent au Sénat pour imposer le vote des étrangers non issus de l'Europe communautaire aux élections locales.

Ça vous rappelle un vieux serpent de mer, n'est-ce-pas ?

Cette chose figurait parmi les 110 propositions de Mitterrand en 1981. Seulement voilà, on a beaucoup louvoyé depuis. Et puis, on va nous dire que la Gauche fut majoritaire à l'Assemblée nationale, mais pas au Sénat. Le problème est que Mitterrand, président de la République, disposait du pouvoir de saisir le peuple par referendum, ce qu'il se garda bien de faire.

Bref, le serpent de mer refait surface fort opportunément. Et les socialistes et leurs affidés de ressortir les déclarations de champions de la droite qui, il n'y a pas si longtemps, furent favorables à ce vote des étrangers. Et là, on se dit : c'est de bonne guerre !


Seulement voilà : à la connerie perpétuelle, nul n'est tenu !

Nous allons donc essayer de ramener quelques Africains bien naïfs sur terre : tout ce ramdam socialiste, c'est bidon et compagnie !

- Ah bon ? Vous êtes sûrs ? Pourtant, cette fois, ça a l'air sérieux, non ?

Ouais ! Dieu que les Africains sont naïfs ! Enfin, certains Africains !

Question importante : pourquoi les socialistes et leurs affidés se réveillent-ils maintenant ?

On va nous répondre que c'est parce que la Gauche est désormais majoritaire au Sénat. Le problème est qu'elle n'est pas encore majoritaire à l'Assemblée.

Et dire qu'il suffirait qu'ils attendent de l'emporter aux législatives et le tour sera joué.

Alors, pourquoi maintenant ? 

Le problème des socialistes français et de leurs affidés verts tient en grande partie à leur propension récente à donner dans la collaboration avec la droite, notamment à l'Assemblée nationale, où la droite n'a nullement besoin des voix socialistes, dès lors qu'elle y détient la majorité absolue. C'est dire si le soutien appuyé d'une certaine Gauche en faveur d'une Droite largement majoritaire ne pouvait que paraître suspect, parce que un peu trop voyant, chose que j'ai, moi-même, dénoncée ici...

Au fait, vous vous rappelez des déclarations de certains élus socialistes manifestant leur intention de voter la dernière loi contre certains attributs vestimentaires d'inspiration religieuse ? Parmi eux, il y avait Manuel Valls, Aurélie Philippetti et quelques autres.

Et puis, et surtout, il y a eu ce vote de la mi-juillet 2011 en faveur de la prolongation de l'agression coloniale en Libye, le tout ficelé sous un emballage humanitaire en faveur de populations civiles menacées d'extermination à l'Est du pays, immonde mensonge éventé depuis (la population de Brega, ville de Cyrénaïque, ne s'est jamais soulevée contre son "occupation" par les forces gouvernementales, et l'on n'a jamais signalé le moindre massacre d'opposants à Brega !).

Ah, il faut aussi vous dire que la mère de Saif Al-Islam, vous savez ?, le fils aîné de Kadhafi, est originaire de Cyrénaïque. Alors vous imaginez Saif Al-Islam faisant exterminer ses cousins de Benghazi...!

Je crois que la Gauche française, favorable à la dernière intervention coloniale en Libye, a un énorme problème avec ça !







Faire oublier que l'on a soutenu l'insoutenable : une politique de purification ethnique et génocidaire révélée par les médias dès le mois de mars, soit deux semaines à peine après le début du soulèvement de Benghazi, soulèvement dont nous savons maintenant qu'il avait été planifié de longue date. 

Mais je n'oublie pas la Côte d'Ivoire que l'on a entrepris de déstabiliser systématiquement depuis l'élection de Laurent Gbagbo, soit depuis une bonne décennie.

Voilà qui explique en grande partie l'agitation actuelle de notre belle Gauche française, qui doit bien se douter que les nègres et bougnoules de France, s'il se confirme qu'ils ont été nombreux à s'inscrire sur les listes électorales (surtout ne pas mollir jusqu'au 31 décembre à minuit !), risquent de peser d'un bon poids sur les scrutins de 2012.

Alors, libre à certains Africains de France (cf. ce pauvre Jamel Debbouze !) de jouer les éternels naïfs et de croire en la sincérité subite des amis de Manuel Valls ; vous savez ? Celui qui, se promenant sur un marché de sa ville d'Evry, voulait voir un peu plus de "Blancos" !

Je vois que vous aviez déjà oublié cet épisode. Bandes de naïfs que vous êtes !



jeudi 1 décembre 2011

Alain Juppé ou la face immonde du judéo-christianisme. Alain Juppé or the ugly face of Judeo-Christianity


source : www.directmatin.net

Vous n'avez pas rêvé : ce triste sire a osé parler de crise humanitaire majeure en Syrie. Pas en Libye, où des centaines de milliers d'habitants, quand ils n'ont pas été couverts de bombes occidentales, se retrouvent dans des habitations sans eau ni électricité, sans nourriture, sans institutions scolaires ni universitaires, voire sans hôpitaux, tout cela ayant été détruit par les hérauts de la civilisation judéo-chrétienne.

Ce qui n'empêche pas ce pauvre individu de vouloir nous refaire le coup de la "protection des civils". Je renvoie ceux que ça intéresse au texte exhaustif de l'intervention du sinistre propagandiste évoqué ci-dessus devant le Conseil d'Insécurité de l'ONU, comme introduction au vote de la fameuse résolution 1973.




Avec ce projet de résolution, nous nous donnons les moyens de protéger les populations civiles libyennes, d’abord en mettant en place une zone d’exclusion aérienne et en autorisant les membres de la Ligue arabe et les États Membres qui le souhaitent à prendre les mesures nécessaires pour sa mise en œuvre ; ensuite en autorisant ces mêmes États à prendre, outre la zone d’exclusion aérienne, toutes les mesures nécessaires pour protéger les populations et les territoires, y compris Benghazi, qui sont sous la menace d’une attaque des forces du régime de Kadhafi. Enfin, en renforçant les sanctions adoptées à l’encontre de ce régime, qu’il s’agisse de la mise en œuvre de l’embargo sur les armes, du gel des avoirs des autorités de Tripoli ou de l’interdiction de vol des compagnies aériennes libyennes.

La France appelle solennellement tous les membres du Conseil de sécurité à soutenir cette initiative et à adopter cette résolution. Si ce mandat est voté, elle est prête à agir, avec les États Membres, notamment arabes, qui le souhaiteront.  (Alain Juppé, 17 mars 2011)




Nous n’avons plus beaucoup de temps. C’est une question de jours, c’est peut-être une question d’heures. Chaque jour, chaque heure qui passe, resserre l’étau des forces de la répression autour des populations civiles éprises de liberté, et notamment de la population de Benghazi. Chaque jour, chaque heure qui passe alourdit le poids de la responsabilité qui pèse sur nos épaules. Prenons garde d’arriver trop tard ! Ce sera l’honneur du Conseil de sécurité d’avoir fait prévaloir en Libye la loi sur la force, la démocratie sur la dictature, la liberté sur l’oppression. (Alain Juppé, 17 mars 2011)




Sauf que, cette fois, le sinistre ministre français de la propagande doit bien se douter que Medvedev (l'encore président de la Russie), qui a baissé son pantalon une fois (voir la résolution 1973 sur la Libye), risque peu de le baisser une nouvelle fois, car sinon, il signerait là son arrêt de mort politique, les Russes n'ayant pas pour vocation d'être dirigés par des larbins de l'impérialisme occidental.

En attendant, il pérore, espérant que, cette fois encore, toute une armada de larbins de la "grande" presse vont relayer ses mensonges sur les prétendus massacres opérés par le régime syrien sur ses propres populations.

Parce qu'il s'agit bien de mensonges !

Lire sur Resistencialibia :

Siria: la supuesta lista de víctimas de Assad es falsa

La mayoría de las supuestas 3.500 víctimas del régimen del presidente sirio Al-Assad viven. La lista fue elaborada por una misteriosa organización que tomó lo nombres de la guía telefónica. Así lo reveló a RT, Tiéri Méisan, periodista francés radicado en Siria.

El periodista asegura que el ambiente antisirio se caldea a propósito y artificialmente y que varios medios árabes manipulan la información sobre la situación en el país. El informador está convencido de que se crea una imagen errónea de lo que de verdad pasa en Siria, por lo que decidió realizar sus propias indagatorias.

Tiéri asegura que el informe de la ONU no cuenta con datos precisos y que la violencia que se registra en el país es generada por grupos armados y no por las autoridades.

Todo es mentira.

Méisan pone en duda la cifra de los 3.500 civiles muertos supuestamente a manos de las fuerzas del presidente sirio Al-Assad y demostró que la mayoría de las personas incluidas en la lista presentada por una organización de derechos humanos desconocida están vivos, ya que el documento fue hecho con base en la guía telefónica.

El periodista indica que la organización era bastante misteriosa, pues por mucho tiempo sólo se sabía que tenía su sede en Londres. Luego se descubrió que la persona que la dirige nació en Londres y tiene varios pasaportes. Pero cuando se supo el nombre del supuesto director se dio cuenta que era uno de los dirigentes de la organización ‘Hermanos musulmanes’, que tiene una guerra declarada con Siria desde hace ya 30 años...


Syrie: la prétendue liste des victimes d'Assad est fausse. 

La plupart des 3500 victimes présumées du régime du président syrien Al-Assad sont en vie. La liste a été compilée par une mystérieuse organisation qui s'est contentée de prendre des noms dans l'annuaire téléphonique. Cela (nous) a été révélé par Thierry Meyssan, journaliste français basé en Syrie. 

Le journaliste affirme que le climat anti-syrien s'envenime de façon délibéréé et artificielle et que divers médias arabes manipulent les informations sur la situation dans le pays. Le journaliste est convaincu que l'on tente de créer une image trompeuse de ce qui se passe réellement en Syrie ; il a donc décidé de mener sa propre enquête. 

Thierry (Meyssan) affirme que l'ONU ne dispose pas de données exactes et que la violence qui se manifeste dans le pays est générée par des groupes armés et non par les autorités. 

Tout n'est que mensonge. 

Meyssan conteste les chiffres de 3500 morts parmi les civils du fait des forces du président syrien Al-Assad et il montre que la plupart des gens figurant sur une liste de victimes présentée par une organisation des droits humains inconnue sont vivants, d'autant plus que le document a été constitué à partir de l'annuaire téléphonique. 

Le journaliste affirme que l'organisation en question reste mystérieuse, parce que pendant longtemps, on n'a su d'elle que le fait d'avoir son siège à Londres. Puis on a découvert que la personne qui la dirigeait était née à Londres et avait plusieurs passeports. Mais quand le nom du dirigeant en question a été révélé, il s'est avéré qu'il s'agissait d'un des leaders de l'organisation des "Frères musulmans", qui mène une guerre ouverte contre la Syrie depuis 30 ans... 

À ce propos, intrigué par un certain nombre de dépêches plus qu'étranges, en provenance de Syrie, je me suis livré à une petite recherche sur le net. Notez bien les dates.



La répression en Syrie a fait plus de 3500 morts, a indiqué le Haut-commissariat de l'ONU aux droits de l'homme. 



According to the United Nations, more than 3,500 people have been killed since the uprising started, but many more may be unaccounted for. (Plus de 3500 personnes tuées, probablement plus...)




La répression du mouvement de contestation sans précédent contre le régime de Bachar al-Assad, qui secoue la Syrie depuis la mi-mars, a fait plus de 3500 morts, selon l'ONU.




Depuis le déclenchement en mars des manifestations contre le régime du président al-Assad, la répression en Syrie a fait plus de 3500 morts selon l’ONU et entraîné des dizaines de milliers d’arrestations.



Nov 28, 2011 at 10:05 PM 

Damascus – by muhammadjusuf
Civilian Victims in Syria reached over 3500 people. (Damas... Plus de 3.500 victimes civiles en Syrie.)




La répression a fait plus de 3500 morts depuis mi-mars d’après l’Organisation qui estime que les responsables sont au sommet de l’Etat.



Vous avez compris ?


Du 8 novembre 2011 au 29 novembre 2011, soit sur trois semaines, on a eu droit à ce spectacle extraordinaire de comptes-rendus de presse relatant les nombreux massacres quotidiens de civils par l'infâme force de répression du dictateur Bachar El-Assad. Et pourtant, malgré toutes ces morts quotidiennes, le total des victimes de la répression est resté bloqué à... 3500, plus de trois semaines durant !


Incroyable, non ?


Voilà comment la presse des siècles derniers (voyez les dates d'invention de la presse écrite, puis de la radio et de la télévision !) ainsi qu'un certain nombre de petits imitateurs de Goebbels bidonnent l'information ! 


Et j'espère maintenant que, grâce à mon blog, vous saurez un peu mieux déchiffrer et lire entre les lignes les boniments de la propagande médiatique ! 

À propos, vous n'avez pas oublié les milliers de morts de Kadhafi dès les premiers jours de l'insurrection !


AFP - Le procureur de la Cour pénale internationale Luis Moreno-Ocampo a annoncé jeudi l'ouverture d'une enquête pour crimes contre l'humanité en Libye, visant le colonel Mouammar Kadhafi, ses fils et plusieurs hauts responsables libyens.


(…)


Le Conseil de sécurité des Nations unies avait samedi, dans une résolution, saisi le procureur de la CPI de la situation en Libye, considérant que "les attaques systématiques" contre la population civile de ce pays "peuvent être assimilées à des crimes contre l'humanité".


Selon la Ligue libyenne des droits de l'Homme, la répression a fait 6.000 morts, dont 3.000 à Tripoli et 2.000 à Benghazi- un bilan nettement plus important, dans cette dernière ville, que les 220 à 250 morts avancés par des sources hospitalières locales et le CICR.

Voyez le site du Soir (Belgique) :



6000 morts en Libye en moins de trois semaines, soit plus que la Syrie (à en croire la propagande) en huit mois ! Sur le site de la Fédération Internationale des droits de l'homme, basée en France, il fut abondamment question de répression sanglante en Libye :

10 mars 2011 
Communiqué de presse : le colonel Qaddhafi force des migrants africains à rejoindre son armée.

18 mars 2011
Communiqué de presse : Résolution du Conseil de Sécurité : la FIDH salue cette résolution qui offre une protection aux civils libyens.

Seulement voilà : les liens se rapportant à ces communiqués de presse ne sont plus actifs. Mettons qu'ils aient été désactivés !  Pour preuve : lien01 - lien02 [Mise à jour du 10.12.2011 : comme c'est drôle, les pages en question sont de nouveau disponibles, avant d'avoir été inaccessibles des jours durant, comme vous avez pu le constater si vous lisez régulièrement ce blog ! Il faut croire que l'on lit ma prose du côté des imposteurs de la FIDH ! Toujours est-il que le monde entier saura désormais que cette organisation a collaboré avec les auteurs des derniers massacres en Libye, massacres toujours en cours d'ailleurs ! Reste maintenant à voir comment la FIDH va s'y prendre pour enquêter sur l'usage massif d'obus à l'uranium appauvri en Libye ou sur la disparition massive des habitants noirs de la ville de Tawurgha ou sur ce qui s'est réellement passé à Sirte, Madjar, Bani Wallid et ailleurs  !]

Voir une soi-disant Fédération internationale des droits de l'Homme fournir des arguments aux renégats et génocidaires du CNT, les encourageant à massacrer des noirs, tant libyens qu'immigrés, voilà comment la FIDH (1) s'est déshonorée devant l'Histoire ! Et c'est bien pour cette raison que nous avons l'intention de juger tant les pseudo-défenseurs des droits de l'Homme en Libye que leurs sponsors internationaux pour complicité de crimes contre l'Humanité.


La morale de tout ce qui précède ? 

SURTOUT, NE CROYEZ PAS UN MOT DES BONIMENTS PROFÉRÉS PAR LE SINISTRE MINISTRE FRANÇAIS DE LA PROPAGANDE, NI PAR AUCUNE OFFICINE FAUSSEMENT BAPTISÉE FÉDÉRATION OU LIGUE... DES DROITS DE L'HOMME !




(1) Sur le fonctionnement de ces pseudo-humanitaires mais vrais agents de l'impérialisme, lire sur voltaire.net...
A repeat of the disorder and pandemonium generated inside Afghanistan is in the works for the continent of Africa. The United States, with the help of Britain, Pakistan, and Saudi Arabia, created the brutal Taliban and then eventually waged war on its Taliban allies. Similarly, across Africa, the United States and its allies are creating a new series of future enemies to fight, but after initially working with them or using them to sow the seeds of chaos in Africa.
Washington has literally been helping fund insurgencies and regime change projects in Africa.“Human rights” and “democratization” are also being used as a smokescreen for colonialism and war. So-called human rights and humanitarian organizations are now partners in this imperialist project against Africa. (Source)

mardi 15 novembre 2011

France 2012. A propos de l'agression judéo-chrétienne en Libye : memento...



Ils - portrait de groupe non exhaustif - ont programmé et prémédité une agression coloniale en Libye, sous le couvert fallacieux d'une lutte contre un dictateur, commettant un triple viol contre le droit international, leur propre signature au bas de la résolution 1973 du Conseil de Sécurité de l'ONU, ainsi que la volonté du peuple libyen, qu'il a fallu bombarder copieusement, dès lors qu'il s'est avéré que ledit peuple restait fidèle à ses dirigeants.




Ils ont soutenu et cautionné l'agression coloniale en Libye, en bons représentants du bonapartisme, cette agression n'ayant fait l'objet d'aucun débat parlementaire préalable et encore moins de la moindre approbation populaire. S'agissant de la Gauche française, ou de ce qui en tient lieu, il faut toujours rappeler - d'où le memento ! - que c'est une majorité de Gauche qui a offert les clés du pouvoir à Pétain en 1940 ! Car dès lors qu'il s'agit d'agresser un pays musulman ou de se lancer dans des expéditions coloniales - cf. François Mitterrand et l'Algérie - la Gauche (bonapartiste et ultra-israélophile) française a toujours montré une grande constance dans ses penchants collaborationnistes (ce en quoi elle a évolué depuis Pétain !).



Résultat des courses : devant l'histoire, les initiateurs de l'agression et leurs collabos - en tout cas eux et/ou leur conscience, s'il leur en reste une - devront éternellement répondre de ça... 

















Il reste aux nègres et autres bougnoules de France et de Navarre à ne pas avoir la mémoire courte le jour où il faudra passer dans l'isoloir. Mais d'ici là, les liquidateurs de nègres et de bougnoules en Côte d'Ivoire et en Libye, ainsi que leurs collabos de gauche seront passés... pour la pêche aux voix !


Liens :  01  -  02  -  03  -  04  -  05  -  06

vendredi 11 novembre 2011

2012 : année d'élections en France, donc en Françafrique !

Petit courrier


Objet : vers une fermeture, avec calendrier clair et précis, des bases militaires françaises en Afrique

Destinataires : Parti Europe Ecologie - Les Verts, Front National, Mouvement des Républicains et des Citoyens, Modem, Parti socialiste, Parti racidal de de Gauche, Nouveau Centre, Front de Gauche-Parti communiste, UMP, Debout la République


Madame, Monsieur,

Le Landerneau politico-médiatique français a bruissé de mille clameurs lorsqu'en marge du défilé du 14 juillet 2011 une candidate à l'investiture de son parti pour l'élection à la présidentielle de 2012 a émis le souhait de mettre fin au défilé militaire sur les Champs-Elysées, à Paris.

Les Africains que nous sommes avons considéré la polémique avec circonspection, dès lors qu'il nous semble qu'il y a des choses bien plus urgentes à traiter, sur le plan militaire, surtout depuis les deux dernières interventions internationales dans des pays africains, soit en Côte d'Ivoire et en Libye.

Il se trouve simplement que, pour sa part, la France entretient encore quelques milliers de soldats en terre africaine (1), le tout sans que jamais les populations des pays concernés n'aient eu voix au chapitre.

Le fait est que la présence d'une armée étrangère sur le sol d'un pays ne saurait être constitutive d'une indépendance de ce pays à l'égard de l'armée occupante. La question est d'autant plus sensible que l'on nous annonce le retrait total du contingent français basé en Afghanistan d'ici à 2014. Voilà qui nous fournit une excellente occasion de poser la question de ces autres contingents français, à savoir ceux basés en Afrique. 

Et comme nous sommes fermement convaincus du caractère nocif et néo-colonisateur de ce type de présence étrangère, nous allons pouvoir profiter des prochaines campagnes électorales de l'année qui vient pour obtenir des prises de position claires et nettes de l'ensemble des protagonistes de ces élections, sachant que le contingent d'électeurs français d'origine africaine peut être aisément évalué à plusieurs millions d'individus.

En clair, les électeurs franco-africains vont scruter très attentivement les différentes prises de position des candidats, pour ou contre la Françafrique, soit pour ou contre le maintien de bases militaires françaises en Afrique, étant entendu que ces bases ne sont que le résultat de la corruption de quelques autocrates souhaitant bénéficier d'une protection rapprochée de la part d'un pays anciennement colonisateur et devenu néo-colonisateur.

D'ores et déjà, nous invitons les électeurs français d'origine ou simplement à sensibilité africaine à orienter leurs votes en direction des candidats ayant annoncé clairement un calendrier de retrait des troupes françaises d'Afrique, calendrier qui devrait, au minimum, intervenir dans le même tempo que le retrait d'Afghanistan.

Vous avez compris que les Africains de France avaient l'intention de s'investir activement dans les campagnes électorales à venir, aussi bien présidentielle que législatives. Pour notre part, nous considérons que la fin de l'occupation militaire étrangère est l'étape préalable à une éradication nette des méfaits de la Françafrique.

Etape nécessaire, mais certainement pas suffisante, certes. Mais il faut un début à tout !


(1) (Dakar ou plutôt Abidjan ?, ou encore Bangui ?), N'djamena, Djibouti, Libreville, sans oublier les troupes qui se sont illustrées en Côte d'Ivoire, et dont on est sans nouvelles...

Lire : Françafrique, article sur Wikipedia


(...) Le dispositif de bases et troupes militaires françaises en Afrique est depuis plus de 40 ans l’un des piliers de la Françafrique, ce système néocolonial de confiscation des indépendances africaines, de pillage des ressources, d’escroquerie financière, de dictatures « amies de la France », de manipulations barbouzardes, d’instrumentalisation de l’ethnisme et de fomentation de guerres civiles...

jeudi 3 novembre 2011

Psychopathologie du harki ou le sort funeste des traîtres à leur pays



Né le... 1943. Entré dans la harka... le... 1958.

- Vous êtes devenu harki en 1958 ?
- Ben oui !
- Mais en 1958, vous avez... quinze ans !
- Ben oui !
- On vous a engagé dans l'armée aux côtés de la France à quinze ans ?
- Ben oui !
- Mais, on n'entre pas à l'armée à quinze ans !
- Ben si !

Je n'en crois pas mes yeux.

Au cours de mon parcours universitaire, j'ai été amené à donner des cours particuliers pour financer mes études. Et puis, au hasard d'un mémoire de sociologie, je me suis retrouvé enquêtant dans des quartiers ouvriers, les fameux HLM si mal chantés par Renaud ("mon dieu qu'il est blême, mon HLM..."). Si seulement il avait pu visiter ces somptueux - oui, somptueux ! - appartements habités par des Maghrébins, avec leurs tentures aux murs et leurs tapis berbères qu'il faut pouvoir apprécier nus-pieds !

Prof particulier est certainement la couverture la plus adaptée pour qui veut observer les "vraies gens". Rendez-vous compte : le médecin ne passe que de temps en temps, de même que le plombier, le réparateur d'ascenseur - lequel n'entre jamais dans les appartements ! -, le facteur... Le prof particulier, lui, passe au moins une fois par semaine, voire tous les jours chez les riches. Chez les ouvriers, la séance hebdomadaire durait, en ce qui me concerne, au moins deux heures. Et ce jour-là, je suis dans une HLM de la banlieue sud de Paris, auprès d'une famille dont je vais suivre les enfants durant deux ans.

Le père m'apporte, un jour, un dossier, son dossier militaire, parce qu'il accède bientôt à la retraite. Je découvre à l'occasion qu'il a servi comme harki, ces supplétifs de l'armée française en Algérie, et que Messmer et De Gaulle ont laissé se faire égorger après la déroute. Car il faut bien parler de déroute, sinon pourquoi quitter un pays après y avoir mené une guerre victorieuse ?

Engagé comme harki à 15 ans !

Pauvre France !

Notre homme n'a probablement dû son salut de se retrouver parmi la poignée de harkis "rapatriés" (ha! ha! ha!) en France qu'à son jeune âge au moment de son engagement ?!

Détail scabreux qui en dit long sur la moralité des colonisateurs : arrivé à 19 ans en France,  il se trouvait, près de quarante ans plus tard, toujours ANALPHABÈTE ! Je veux dire par là qu'il n'aurait pas su distinguer le "a" du "t" dès lors qu'il ne connaissait même pas l'alphabet latin, ni arabe d'ailleurs !

PAUVRE FRANCE !

L'histoire des harkis, tout le monde la connaît, ou devrait la connaître ! Le fait de créer des blogs ou sites sur Internet vous confère quelques responsabilités. Et mon métier étant la pédagogie - ce mot que l'on n'entend plus nulle part ! - j'estime parfaitement bienvenu d'utiliser cet outil de communication comme instrument d'instruction civique voire d'instruction tout court, notamment à destination de ce jeune public, que je connais fort bien, lequel passe le clair de son temps à zapper, à sautiller d'une page à l'autre, sans jamais rien approfondir, en ces temps de "nouvelles technologies" où, dans les appartements, les consoles de jeux vidéo ont remplacé les instruments de musique. Je sais de quoi je parle !

Le fait est que l'histoire ancienne voire récente n'est pas tendre pour les "harkis" et autres "collabos", toutes ces gens qui font, un jour, le choix fatidique de prendre les armes contre leurs propres compatriotes, pas uniquement dans le cadre d'une guerre civile, mais pire, aux côtés d'un occupant étranger, d'un colonisateur.

Cette page revient sur quelques cas fameux de "collaborations" de ce genre. Tout ce qui suit est disponible sur l'Internet ; dans l'ordre ou dans le désordre, il sera question de Pétain et de Laval (le second a été fusillé ; le premier y a échappé en raison de son grand âge ou de son statut presitigieux de héros de la Grande Guerre [14-18] ?). Il sera aussi question de Najibullah, ce médecin afghan qui prendra l'initiative calamiteuse de faire entrer l'armée soviétique dans son pays. Exécuté lui aussi. Et comment oublier le Vietnam, avec son collaborateur en chef, Nguyen Van Thieû, qui finira ses jours aux Etats-Unis ? Et que dire de l'Armée du Liban Sud, ces "harkis" chrétiens libanais qu'on a vus déguerpir en direction d'Israël dans un beau (!) désordre rappelant quasiment l'effervescence régnant sur les toits de l'ambassade américaine de Saigon, au Vietnam. 

L'histoire n'a jamais été tendre pour les "collabos" !

C'est probablement la raison pour laquelle, en Libye, les rats quittent déjà le bateau... Huit mois de massacres sous le parrainage du syndicat criminel ONU-OTAN. Pas loin de cent mille meurtres par le biais de bombardements massifs. Il paraît qu'ils ont gagné la guerre et libéré le pays ! Laissons-les plastronner, en nous  rappelant simplement qu'au Liban sud, la parenthèse israélienne aura duré quatorze années, presqu'autant que la présence soviétique en Afghanistan, et qu'au Vietnam, la parenthèse impérialiste franco-américaine a duré une bonne trentaine d'années, pour finir par un piteux ballet d'hélicoptères sur les toits de l'ambassade yankee de Saigon !

Ce survol de la question des "traîtres à leur pays" se termine par le cas très particulier des Oustachis croates, nationalistes extrémistes qui ne trouveront rien de plus intelligent que de s'allier avec Hitler.

L'Histoire a toujours été très sévère avec les collabos !


Lorsque Victor Nader, l'ex-commandant des forces spéciales de l'Armée du Liban Sud , bat le rappel de ses troupes, ses hommes répondent présent. Mais aujourd'hui, dix ans après la dissolution de son unité, le point de ralliement est une plage israélienne. Mais comme beaucoup d'anciens de l'ALS, cette milice formée et financée par Israël qui combattait les Palestiniens et le mouvement chiite Hezbollah, ils se sentent aujourd'hui floués. (Source)









After days of violent confrontation, Abdul Hakim Belhadj was able to stand in Gaddafi's compound in the Libyan capital and declare the end of tyranny in the country. He had fulfilled the promise that he made two weeks earlier and brought about the end of the regime, protecting thousands of civilians in the process. As the man "in charge of the military committee responsible for keeping order in Tripoli", Abdul Hakim Balhadj has come a long way from his days in a Gaddafi prison cell. For that, he has told the New York Times, he "is a grateful ally of the United States and Nato".

Après plusieurs jours d'affrontements violents, Abdul Hakim Belhadj est parvenu à accéder à la citadelle de Kadhafi dans la capitale libyenne, pour y déclarer la fin de la tyrannie dans le pays. Il avait rempli la promesse qu'il avait faite deux semaines plus tôt et provoqué la fin du régime, assurant par-là même la protection de milliers de civils. En sa qualité d'homme "en charge de la commission militaire chargée de maintenir l'ordre à Tripoli", Abdul Hakim Balhadj a parcouru un long chemin, depuis le temps passé une cellule d'une prison de Kadhafi. Pour cela, il a déclaré au New York Times qu'il "était un allié reconnaissant des Etats-Unis et l'OTAN".







Oustachis

En juin 1941, plus de cent mille hommes, femmes et enfants serbes furent tués en quelques jours, torturés et massacrés dans leurs maisons, sur les routes, dans les champs, les prisons, les écoles et même au sein de leurs églises orthodoxes… Voici deux témoignages sur ces atrocités. Le premier est la confession d'un de leurs auteurs, l'oustachi Hilmia Berberovitch… Il donna à la police de Belgrade la description suivante du massacre auquel il participa, dans l'église orthodoxe serbe de Glina : 

« Dans la ville de Glina, nous avons arrêté et mis en prison de nombreux serbes. Par petits groupes, nous les avons transférés de la prison dans l'église. Notre chef nous munit de haches et de couteaux et ensuite on commença le travail. Quelques-uns furent tués d'un coup au cœur. D'autres furent égorgés et d'autres encore coupés en morceaux à coups de hache. Non seulement l'église fut transformée en boucherie, mais c'était un enfer de cris et de gémissements… »

Et voici le deuxième témoignage, celui d'un survivant Jednak Ljuban. Il nous a fait le récit des heures mortelles qu'il a vécues dans la tragique église de Glina : 

« Les Oustachis ont rassemblé quelques centaines de paysans de mon village et de ses environs et nous ont transportés à Topusko. Les Oustachis nous expliquèrent que notre présence dans l'Église avait pour but de nous faire assister à un « Te Deum » chanté pour la longévité du Poglavnik et celle de « l'État indépendant de Croatie ». Mais à l'intérieur de l'église, tout semblait être préparé pour la messe. Nous entendîmes un camion s'arrêter devant l'église et un groupe nombreux d'Oustachis ne tarda pas à entrer, armés de haches et de couteaux. Derrière eux, ils fermèrent la porte. Un Oustachi prit alors la parole pour demander aux Serbes s'ils possédaient sur eux leur certificat de conversion à la religion catholique. Les deux seuls qui purent l'exhiber furent immédiatement relâchés… Les Oustachis commencèrent à massacrer notre groupe dans l'église. Les cris de douleurs et les sanglots d'effroi retentissaient de toutes parts. Je perdis conscience… et puis il me sembla soudain que le silence régnait dans l'église et je sentais clignoter la lumière des cierges qui brillaient encore sur l'autel de l'église profanée… » (...) 

« À Kladusa, ils emmenèrent des familles serbes tout entières dans les boucheries. Là ils les abattirent comme du bétail et, avant même qu'ils eussent expiré, ils pendirent aux crochets à viande tout d'abord les petits enfants. Les femmes vinrent ensuite et les hommes furent accrochés les derniers. Dans les villages entre Vlasenika et Kladanj, nous découvrîmes des bébés empalés sur des lattes pointues d'un enclos, leurs petits membres tordus de douleur, tout comme des pattes d'insectes piqués sur les épingles. Les rites les plus féroces des tribus cannibales n'ont jamais connu rien de semblable… »

Des prêtres catholiques participèrent de près ou de loins aux massacres et organisaient aussi des conversions forcées de cvillages serbes ou bosniaques.

Ces prêtres ou des frères franciscains portaient des armes sur leur soutanes ou alors revêtaients des uniformes oustachis. [Texte d'origiine non retouché] (Source)




Liens :  01  -  02  -  03  -  04  



samedi 29 octobre 2011

La mort de Kadhafi ? Lettre ouverte à la Direction Générale de l'Agence France Presse

Monsieur/Madame le Directeur Général de l'AFP

Je vais être bref : c'est à partir d'une photo publiée par vos services que s'est construite l'information selon laquelle Muammar Al Kadhafi, le leader libyen, aurait été tué à Syrte.


Cette image, la voici.



Je vous encourage à soumettre cette image à une sérieuse expertise ou, le cas échéant, à consulter l'analyse que je lui consacre sur un de mes blogs : foreign-affairs-world-policy.

Après quoi, vous pourrez toujours vous faire hara-kiri (1).

Pour dire les choses franchement, je ne vous félicite pas ! (2)

r_wora


(1) Elément constitutif du code d'honneur des samouraïs. Par parenthèse, en japonais, "samouraï" pourrait se traduire par "celui qui a des couilles". 

(2) En voyant où en sont rendus les journalistes de la presse dite libre en matière de désinformation, c'est Josef Goebbels qui doit se tordre de rire dans sa tombe !